Biomédias en Cantabrie

vendredi 5 novembre 2010 à 22:35 | Publié dans médias filtrants | Un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Photo : © naturalsurfing.com

Depuis plusieurs mois, des médias filtrants ont fait leur apparition sur les plages de Cantabrie (Espagne) qui jusque là semblaient épargnées. Dès la mi-juillet, deux articles parus sur surf30.net et naturalsurfing.com signalaient leur présence sur le littoral. Puis au mois d’août, les associations écologistes ARCA y Mortera Verde dénonçaient dans un communiqué repris par nombre de journaux « la contamination du littoral Cantabrique par des milliers de supports plastique provenant de stations d’épuration » ramassés par des bénévoles des deux associations sur les plages des communes de « Santillana, Suances, Miengo, Santander, Ribamontán al Mar, Arnuero, Santoña et Piélagos (plages Valdearenas, Canallave, Somocueva, Portio, La Arnia et Covachos) ». Les associations demandaient par ailleurs aux responsables politiques locaux chargés de l’environnement d’identifier les stations de traitement des eaux usées pouvant être responsables de cette pollution. (lire ci-dessous *)

Quelques jours plus tard, le chargé de l’Environnement de la Région de Cantabrie publiait un communiqué affirmant qu‘ »aucune station municipale n’utilisait ce procédé localement et que d’après leur en enquête, les médias filtrants trouvés sur les plages ne venaient pas de Cantabrie ». (lire ci-dessous **)

L’affaire en été resté là jusqu’à ce que les fortes marées du début de l’automne ne ramènent à nouveau des milliers de biomédias sur les plages et notamment celle de Langre. Les deux associations écologistes ARCA et Mortera Verde ont donc interpellé à nouveau Francisco Martín, le conseiller régional à l’Environnement pour qu’il lance des investigation sérieuses concernant la provenance des polluants (lire ci-dessous ***).


Photo : © surf30.net

D’où viennent les biomédias de Cantabrie ?
En fait nous n’en savons rien mais deux hypothèses peuvent être avancées.

Voici la première : une importante entreprise de l’industrie du papier, référencée comme utilisatrice de médias filtrants, est installée dans la région le long de la rivière Besaya. Dès cet été, les berges ont été inspecté avec minutie sans révéler la présence de roulettes en plastique, écartant à priori la responsabilité de l’entreprise. Et personne n’en a vu dans les cours d’eau de la région.

La deuxième hypothèse est que les médias filtrants observés viennent d’ailleurs, portés par les courants marins.

De longs mois mois d’enquête nous ont permis de recueillir plusieurs témoignages qui font état de deux pertes massives de biomédias, dans la rivière Oria, qui rejoint l’océan à Orio, en septembre et novembre 2009 dues à des entreprises situées le long du cours d’eau. Même si cette hypothèse reste à confirmer, nous tendons à penser que la pollution de toute la façade Atlantique par des millions de médias filtrants (identiques à ceux des photos ci-dessus) trouve donc son origine au Pays Basque !

Le reste ne serait qu’une histoire de courants marins comme le montre l’étude Hydrological studies and surface currents in the coastal area of the Bay of Biscay (publiée dans la revue Lurralde et disponible en version complète à la médiathèque de Bayonne) réalisée en 1979 par Miguel Ibañez Artica de l’Instituto Geográfico Vasco (INGEBA).

A cette époque, pendant un an, des scientifiques ont lancé tous les mois à la mer quinze mille cartelettes plastifiées à partir de différents points de la cote situés entre Orio et Biarritz dans le but de voir où les porteraient les courants de surface.

Les données ont été minutieusement consignées et rapportées sur des cartes. Elles montrent deux types fondamentaux de courants au cours de l’année : le premier, caractéristique des mois d’hiver, constitue une circulation homogène qui court parallèle à la cote cantabrique espagnole d’ouest en est pour remonter ensuite du sud vers le nord parallèlement à la cote francaise. Ces courants présentent leur intensité maximum surtout dans les premiers jours de décembre (voir la carte) et aux mois de février (voir la carte) et novembre (voir la carte).

Au contraire, pendant les mois d’été, depuis la mi-juillet jusqu’à la fin octobre (voir les cartes pour juillet, août, septembre et octobre), les courants sont de type oscillatoire, en fonction de la direction des vents dominants à chaque moment : une alternance de courants est-ouest et ouest-est se produit.

Selon cette étude, les médias filtrants partis de la Côte Basque à l’automne 2009 sont arrivés en grand nombre sur tout le littoral jusqu’en Vendée pendant tous les mois d’hiver (nous avons reçu plus de 50 témoignages à ce sujet). Il ont ensuite logiquement fait leur apparition de l’autre côté, en Cantabrie pendant les mois d’été !

(*) SANTANDER, 20 Ago. (EUROPA PRESS) – Las asociaciones ecologistas ARCA y Mortera Verde han denunciado la contaminación del litoral cántabro por « miles » de biosoportes de plástico provenientes de estaciones depuradoras y han pedido al consejero de Medio Ambiente, Francisco Martín, que identifique las depuradoras instaladas en Cantabria que puedan estar vertiendo este material que está « invadiendo » este verano las playas de Cantabria. Según han explicado en un comunicado, voluntarios de ambas organizaciones han detectado la presencia de estas rueditas de plástico divididas por celdas interiores, en playas de Santillana, Suances, Miengo, Piélagos, Santander, Ribamontán al Mar, Arnuero y Santoña, en concentraciones muy variadas y especialmente numerosas en la playa de Valdearenas, donde se ha recogido una bolsa con unas 500 piezas que ARCA y Mortera Verde ponen a disposición de las autoridades. Estos biosoportes, denominados Biocell Filters, son utilizados en los procesos de depuración de aguas residuales o industriales, teniendo como misión servir de alojamiento para el desarrollo de bacterias que se alimentan de materia contaminante, pero su vertido es una práctica « absolutamente ilegal y debe ser perseguida con todo rigor » por parte de las autoridades ambientales, destacan. ARCA y Mortera Verde consideran de « extrema gravedad » lo que está ocurriendo y exigen respuestas « inmediatas y coordinadas », si es necesario con otras comunidades autónomas, para que las playas de Cantabria dejen de sufrir la presencia de este tipo de materiales contaminantes que, además, suponen una « grave amenaza » para peces, aves y mamíferos asociados al medio marino. Por último, las dos organizaciones ecologistas advierte que los biosoportes de plástico han estado en contacto con aguas residuales « fuertemente contaminadas », por lo que reclaman a las entidades responsables de la limpieza de las playas su inmediata retirada para evitar manipulaciones, fundamentalmente por parte de los niños, que pueden verlos como un elemento para el juego.

(**) 3-08-2010. La Consejería de Medio Ambiente ha informado esta mañana que los biosoportes de depuradoras que se han encontrado flotando en varias playas no proceden de ninguna instalación ubicada en Cantabria. El Gobierno de Cantabria también ha tranquilizado a la población señalando que estos biosoportes no son tóxicos y, aunque se supone que han estado en contacto con aguas residuales, su desplazamiento por las corrientes y su contacto con la mar les libera de los elementos contaminantes, no teniendo más peligrosidad que cualquier otra materia plástica. La nota de prensa remitida por la Consejería señala que los biosoportes se utilizan en los procesos de depuración de aguas residuales para aumentar la eficacia de la descontaminación. Estos elementos de plástico aumentan la superficie para que un mayor número de las bacterias que se alimentan de la materia contaminante puedan llevar a cabo su función. Durante 2010 han aparecido flotando en el Cantábrico diferentes tipos de biosoportes, como en el río Miño (febrero) y en las costas de Guipúzcoa (abril). La Consejería de Medio Ambiente también ha informado que ninguna de las depuradoras gestionadas por el Gobierno de Cantabria utiliza biosoportes en los procesos de depuración.

(***) SANTANDER, 3 Nov. (EUROPA PRESS) – Las asociaciones ecologistas ARCA y Mortera Verde han pedido de nuevo al consejero de Medio Ambiente, Francisco Martín, que identifique a los responsables del vertido de « miles » de biosoportes de plástico, provenientes de estaciones depuradoras, que « inundaron » las playas de Cantabria este verano y que han vuelto a verse « en enormes cantidades » durante las mareas vivas de septiembre. Ambas asociaciones consideran « insuficiente » la respuesta del consejero, que, según señalan en un comunicado, se « ha limitado » a declarar que ninguna de las depuradoras gestionadas por el Gobierno de Cantabria utiliza biosoportes. En este sentido, destacan que en la región hay « muchas otras » depuradoras, pero sobre todo porque « mirando para otra parte no se resuelve el problema », y el consejero « tiene la responsabilidad » de identificar y sancionar a los responsables de un vertido que supone « un grave deterioro » ambiental y paisajístico para las playas de la región, además de « una amenaza » para peces, aves y mamíferos asociados al medio marino. ARCA y Mortera Verde indican por último que han registrado una denuncia sobre la « nueva avalancha » de biosoportes que han sufrido las playas de Cantabria durante las mareas vivas de septiembre, que ha afectado muy especialmente a la playa de Langre, donde toda la zona supramareal ha aparecido « completamente inundada de ruedecitas de plástico ».

Un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. […] cours d’eau. Ils ont circulé au large au gré des vents et des courants naturels ( relire Biomédias en Cantabrie à propos des courants du Golfe de Gascogne) avant de revenir s’échouer sur les […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :