L’océan n’est pas à vendre !

jeudi 14 juin 2012 à 21:02 | Publié dans actions antenne 64 | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , ,

Du 20 au 22 juin 2012 se tient à Rio de Janeiro la Conférence des Nations unies pour un développement durable. C’est l’occasion de proposer un changement de société qui remplacerait la course à la croissance par le bien vivre et la sobriété, de montrer que des alternatives existent au «tout consommation», au règne du plastique roi, du pas cher jetable qui finit souvent en déchet sur les plages ou dans l’estomac de la faune marine. Les océans et les milieux naturels du littoral sont nos biens communs, respectons-les, protégeons-les !

Nous vous invitons à rejoindre la chaîne humaine à l’appel de nombreuses organisations à laquelle se joint Surfrider Antenne côte Basque, mercredi 20 juin, à 19h00 à la grande plage de Biarritz.

Nous porterons chacun une lettre pour former les messages : L’OCEAN N’EST PAS A VENDRE et RESPECTONS PAIRS ET MERS !

Rejoignez-nous !

Pour plus de précisions, n’hésitez-pas à nous contacter.

Le texte complet de l’appel du collectif d’association est disponible en suivant le lien.
 

Chaîne humaine pour la justice sociale et écologique :

La nature est un bien commun, non à leur « économie verte » !

Du 20 au 22 juin 2012 se tient à Rio de Janeiro la Conférence des Nations unies pour un développement durable. Vingt ans après le Sommet de la Terre à Rio, la dégradation écologique s’est accélérée, les inégalités se sont creusées et les crises minent les démocraties. Bien loin de tirer le bilan de ces deux dernières décennies, cette Conférence de « Rio+20 » propose de transformer, au risque de l’accentuer, la crise écologique en opportunité de croissance (verte) pour les entreprises.

Une « économie verte » dans un contexte de crises
Cette Conférence fait la promotion de « l’économie verte », qui permettrait une « gestion durable » de la planète. En réalité, telle que posée dans les documents officiels, elle se résume à considérer la nature comme un capital à gérer de la manière la plus efficiente. Cela suppose de créer de nouveaux marchés, donnant un prix aux fonctions écologiques qu’assurent les plantes, les animaux, les écosystèmes. Dès lors, cette « économie verte » est une nouvelle étape dans la marchandisation de la vie et du vivant.
Cette « économie verte » est déjà à l’œuvre et a montré ses méfaits : marchés du carbone et spéculation, agrocarburants, brevetage de la nature et du vivant etc., au détriment des communautés locales et de l’environnement. Elle ne résoudra fondamentalement aucune des multiples crises du monde actuel, ne répondra pas aux causes structurelles des inégalités et de la pauvreté, des changements climatiques, de la destruction de la biodiversité, de la crise de l’eau, des conséquences sur la santé de la dégradation de l’environnement… Au contraire, elle les aggravera.

Le futur que nous voulons !
Partout sur la planète, les peuples se mobilisent et développent des alternatives : réappropriation collective des biens communs, sobriété et transition énergétiques avec abandon de l’énergie nucléaire, circuits courts de production et de distribution, pratiques agro-écologiques, monnaies locales etc. Les propositions et expériences pour d’autres projets de sociétés fondés sur le partage et les solidarités ne manquent pas.
Dans un contexte d’extrêmes inégalités et de politiques d’austérité dévastatrices, nous appelons à un changement profond de nos modes de production et de nos modes de vie. Ils sont en effet basés sur la surconsommation et la surexploitation de la nature, et excluent du droit à vivre dignement une grande partie de l’Humanité, y compris dans nos pays. Nous voulons des sociétés assurant la justice sociale et écologique, remplaçant la course effrénée à la croissance par le bien vivre et la sobriété, la création d’emplois décents, une agriculture paysanne avec la souveraineté alimentaire…
Les biens naturels, tels que l’eau, les sols, ou l’air, ne sont ni des marchandises ni des actifs financiers. Ce sont des biens communs !

Mercredi 20 juin, journée mondiale d’action à l’appel du Sommet des peuples de Rio
En parallèle de la Conférence officielle se tient actuellement le « Sommet des peuples pour la justice sociale et écologique, contre la marchandisation de la vie et pour la défense des biens communs » à Rio de Janeiro. Le 20 juin est une journée mondiale d’action convoquée par ce Sommet des peuples, pour alerter sur les enjeux de la Conférence et montrer comment un autre futur est possible !

D’autres mondes sont possibles et nécessaires, réinventons-les ici et maintenant !
Amis de la Terre, ATTAC Pays Basque, ATTAC Landes Côte Sud, ATTAC Marsan, Avenir Garazi-Baigorri, Bizi !, CADE, CCFD, CDDHPB, Cimade, CGT Education 64, Collectif Féministe contre les Violences Sexistes, Coordination anti-LGV, EHLG, ELB, Inter-AMAP, LAB, Ligue des Droits de l’Homme, Mouguerre Cadre de Vie, PAF, Terre et Humanisme-Colibris, Surfeurs Solidaires, Surfrider Foundation Antenne Côte Basque , Txirrind’ola, UDE Ustaritz Defendre l’Environnement, Vegan Pays Basque

Jende katea justizia sozialaren eta ekologikoaren alde :

Natura denen ontasuna da, heien « ekonomia berdea »-ri ez !

Ekainaren 20tik 22 arte Rio de Janeiron garapen iraunkorrerako Nazio Batuen Konferentzia iraganen da. 20 urte 1992ko Rioko Lurraren Gailurraren ondotik, andeaketa ekologikoaren abiadura azkartu da eta ezberdintasunak areagotu dira. Azken bi hamarkaden bilana egitetik urrun, « Rio+20 » Konferentzia horrek krisialdi ekologikoa enpresek hazkundea (berdea) egiteko bide bilakarazi nahi du.

« Ekonomia berde bat » krisialdia den testuinguru batean
Konferentzia horrek « ekonomia berdearen » sustapena egiten du, planetaren « kudeaketa iraunkorra » ahalbidetuko lukeena. Egiazki, dokumentu ofizialetan pausatua den maneran, horretarako natura kapitaltzat kontsideratzen du, molde eraginkorrenean kudeatzekoa dena. Horrek suposatzen du merkatu berriak sortzea, landareek, abereek eta ekosistemek beregain hartzen dituzten funtzio ekologikoei prezio bat emanez. Ordutik hara, « ekonomia berde » hori biziaren eta bizidunaren merkantilizaziora buruzko urrats berri bat da.
« Ekonomia berde » hori jadanik obratzen da eta kalteak eragin ditu : Karbonoaren merkatua eta espekulazioa, agroerregaiak, naturari eta biziari brebetak ezartzea etab., tokiko komunitateen eta ingurumenaren kaltetan. Ekonomia mota horrek gaur egungo munduko krisia ugarien muina ez du konponduko, ezberdintasunen eta pobrezioaren, aldaketa klimatikoen, bioaniztasunaren suntsitzearen, uraren krisiaren, ingurumenaren funditzeak dakarren osagarriaren gaineko ondorioen egiturazko arrazoinei ez die erantzunen… Alderantziz, larrituko ditu.

Nahi dugun geroa !
Planetaren gainean denetan, populuak mobilizatzen dira eta alternatibak garatzen dituzte : denen baliabideak berreskuratzea, energiaren aldeko xumetasuna eta trantsizioa energia nuklearra utziz, ekoizpen eta banaketa zirkuitu laburrak, agro-ekologikoak diren egin moldeak, tokiko monetak etab. Partekatzean eta elkartasunean oinarritzen diren beste jendarte proiektuen esperientziak eta proposamenak ez dira eskas.
Ezberdintasunak biziki azkarrak eta zorroztasun politikak suntsitzaileak diren testuinguru batean, gure ekoizteko moldeen eta bizimoldeen aldaketa sakon baten egiteko deia zabaltzen dugu. Sobera kontsumitzean eta natura sobera ustiatzean oinarrituak dira izan ere eta gizakien zati handi baten bizi duina baztertzen dute, gure herrialdeetakoak barne. Justizia soziala eta ekologikoa segurtatzen duten jendarteak nahi ditugu, hazkundea burubelarri emendatzeko xedea ongi bizitzearekin eta neurritasunarekin ordezkatuz, enplegu duinak sortuz, elikadura burujabetasuna dakarren laborantza herrikoa bultzatuz…
Naturaren ontasunak, izan daitezen ura, zoruak, airea ez dira ez merkantziak ez finantza aktiboak. Denen ontasunak dira !

Ekainaren 20an asteazkenarekin, Rioko populuen gailurrak deitu munduko ekintza eguna
Konferentzia ofizialarekin paraleloki « Justizia sozialaren eta ekologioaren aldeko, biziaren merkantilizazioaren kontrako eta denen ontasunen defentsaren aldeko populuen gailurra » iragaiten ari da Rio de Janeiron. Ekainaren 20a Populuen gailurrak deitu munduko ekintza eguna da, Konferentzian jokoan direnei buruz deiadarraren jotzeko eta beste gero bat nola posible den erakusteko !

Beste mundu batzu posible eta baitezpadakoak dira, berriz asma ditzagun hemen eta orain !

Amis de la Terre, ATTAC Pays Basque, ATTAC Landes Côte Sud, ATTAC Marsan, Avenir Garazi-Baigorri, Bizi !, CADE, CCFD, CDDHPB, Cimade, CGT Education 64, Collectif Féministe contre les Violences Sexistes, Coordination anti-LGV, EHLG, ELB, Inter-AMAP, LAB, Ligue des Droits de l’Homme, Mouguerre Cadre de Vie, PAF, Terre et Humanisme-Colibris, Surfeurs Solidaires, Surfrider Foundation Antenne Côte Basque , Txirrind’ola, UDE Ustaritz Defendre l’Environnement, Vegan Pays Basque

Laisser un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :