Festival Ocean Climax à Bordeaux

jeudi 24 septembre 2015 à 06:38 | Publié dans festival | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

ocean_climax_Surfrider-4

Du 10 au 13 septembre 2015 Sufrider Foundation avec l’aide des antennes bénévoles, s’est associée à l’éco-système Darwin et à Playground pour l’organisation du festival Ocean Climax à Bordeaux.

Sur le thème de « Mouillez-vous pour l’Océan ! », le but affiché de ces journées était d’unir les forces du monde associatif, artistique (graffeurs, sculpteurs, graphistes..), de la musique, du skate et des conférenciers venant de différents univers, afin de remettre l’Océan au cœur des discussions pour la COP 21 qui se tiendra à Paris en Décembre 2015.

Compte rendu complet de l’événement…

« Mouillez-vous pour l’Océan ! »
L’événement s’appuyait en particulier sur les travaux de la plateforme Océan et Climat créée en Juin 2014. Deux invités du festival, G.Bœuf ou F.Gaill en font d’ailleurs partie. Ce comité scientifique écrit dans son dernier rapport « Un accord de Paris ambitieux est donc essentiel pour maintenir l’Océan en bonne santé et ainsi lui permettre d’assurer ses fonctions essentielles dans le système climatique planétaire ».

Matins et après-midis se tenaient les conférences sur l’interconnection entre l’Homme, l’Océan et le Climat. Les intervenants se sont succédés afin de rappeler, comme le dit Surfrider Foundation Europe, qu’un Océan en bonne santé c’est un climat préservé. Y ont participé des personnalités comme Hubert Reeves, parrain de l’événement ; Gilles Bœuf, biologiste et membre du conseil scientifique auprès du Ministère de l’Écologie et de la Plateforme Océan Climat (POC); Maina Sage, Députée Polynésie Française ; Denez l’Hostis, Président de France Nature Environnement (FNE); Lionel Guidi, Biologiste présent sur l’expédition Tara mais aussi Ezequiel Navio Vasseur, ancien directeur de diverses ONG et important opposant à l’exploitation pétrolière au large des Canaries, et bien d’autres encore.

ocean_climax_Surfrider-1

Un site unique pour des rencontres transversales.
Dans le lieu des conférences, un hangar habituellement dédié au BMX, était présentées les oeuvres du célèbre graphiste Shepard Fairey au côté des singes en carton de Laurence Vallières. Dehors, le public pouvait découvrir l’incroyable endroit qu’est l’éco-système Darwin : une ancienne caserne qui accueille aujourd’hui des entreprises spécialisées dans l’organisation d’événements, dans l’aménagement de l’espace urbain, dans le graphisme et le design. Toutes suivent des exigence durables, écologiques et responsables. Mais ce vaste espace sur la rive droite de la Garonne accueille également des skateparks, une ferme urbaine et complète son offre au fur et à mesure, avec de nouveaux espaces aménagés en fonction des demandes et besoins des citoyens ou entreprises.

Sur place également, se trouve un bistrot associé à un magasin biologique ouverts toute l’année, le tout dans une ambiance vintage avec des matériaux et meubles recyclés. Plus loin dans l’allée principale, les murs étaient couverts d’œuvres spécialement réalisées pour Ocean Climax, par des street artists comme Jeff Soto ou Alber. On passait alors forcément devant les deux skateparks et le village des partenaires avec Surfrider entouré par Suez (kof !) et le Conseil Régional d’Aquitaine, mais aussi Enercoop.

ocean_climax_Surfrider-2

Après les journées passées à débattre et à profiter des rencontres avec des intervenants de haute volée, il était temps de fêter ces beaux moments passés autour d’une cause commune. Durant l’après-midi, une petite scène a accueilli des concerts gratuits et le soir les concerts payants se sont tenus au bout du parc de Darwin. Beaucoup d’artistes sont venus soutenir notre message dont Tiken Jah Fakoli , Tom Frager, The Dedicated Nothing, Vitalic et C2C.
Ce furent près de 10 000 personnes qui vinrent sur le week-end pour découvrir le site magique réservé à la grande scène. Une vaste cour au centre de laquelle se tenait le drapeau Ocean Climax qui voyait d’un côté, des bâtiments sans toit, couverts de végétation et de « peintures urbaines » et de l’autre, derrière la scène, le long bâtiment d’un ancien dortoir devenu squat pendant de longues années. Couvert de graffiti, des éclairages à chaque fenêtre, le sentiment de festoyer sur les ruines d’un ancien monde dans lequel le street art et la végétation reprenaient le dessus était total. Ainsi l’esprit de Darwin et de l’événement Ocean Climax étaient parfaitement symbolisés.

ocean_climax_Surfrider-5ocean_climax_Surfrider-6

Pendant les entractes, les éco-cups en main et le sourire aux lèvres, le peuple Climax pouvait assister à des démos d’anthologie de skate et Bmx, sur le full-pipe installé en face de la scène. À ses côtés, un camion, transformé en Boom Box années 80, balançait ses grosses basses Hip Hop et Electro pour ceux qui voulaient continuer à danser ou simplement profiter des défis lancés à la gravité sur l’impressionnant module en bois.

Un espoir mis à mal
Si, lors des conférences, la plupart des interventions furent pessimistes (mention spéciale à la FNE) et finalement peu de solutions furent avancées. Néanmoins, il fut intéressant d’avoir des points de vue transversaux, allant de la politique à la paléo-ethnologie, de la biologie marine à la conservation du littoral. Chaque intervenant s’accorda à rappeler l’absurdité d’ignorer l’importance de l’Océan dans les discussions sur les changements climatiques.

Important régulateur thermique qui absorbe une bonne partie de la chaleur reçue par la Terre, filtre du CO2 rejeté par nos activités et transformé en oxygène, réservoir d’une immense bio-diversité attaquée de toute part par la sur-pêche, les « continents plastiques » et les diverses autres pollutions, l’Océan est essentiel à notre vie sur Terre et devrait à ce titre connaître une législation transnationale.

Le but de Surfrider Foundation, en organisant ce festival avec Darwin, était donc de faire connaître les résultats des plus récentes recherches et expérimentations dans le domaine marin et de rappeler, comme l’a fait Mme Sage, que des passerelles existent entre économie et écologie, ou comme M. Navio Vasseur, que la lutte contre « les gros projets biocides » continue.
Une pétition existe et nous l’avons fait signer pendant le weekend, mais le but est d’atteindre le million de signatures pour le 3 octobre 2015, afin de la remettre au gouvernement français. Le but est de mettre l’Océan à sa place dans les discussions menées lors de la COP21 et des lois qui pourraient en sortir. Si vous ne l’avez pas encore fait, signez-là !

Mme le Ministre de l’Ecologie est venue remercier le travail de Surfrider sur les dangers du sac plastique et nous assurer que la loi, validée par l’Assemblée Nationale et par le Sénat, n’avait plus qu’à passer par le Conseil Constitutionnel. Preuve d’une part, de la référence qu’est devenue notre association, d’autre part que certains combats amènent des victoires.

Laisser un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :