Pourquoi Surfrider se mobilise pour Alternatiba 2018 ?

mardi 25 septembre 2018 à 22:17 | Publié dans actions antenne 64 | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

G.BounaudTara-Expedition-Petit-Grain

Alors que 25 personnalités signent une tribune dans le journal Libération pour appeler à un sursaut avant que le changement climatique ne soit irréversible, il est important de rappeler à la fois le rôle primordial de l’océan sur le climat et les impacts du changement climatique sur l’océan :

1. L’océan, réservoir de chaleur
L’océan absorbe et stocke la chaleur du soleil avec beaucoup plus d’efficacité que les continents et l’atmosphère. C’est le principal régulateur du climat mondial. Malheureusement, en récupérant l’excès de chaleur dû à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, l’océan se se réchauffe ce qui n’est pas sans conséquence sur le milieux et les populations aquatiques.

2. Les petites îles et les zones côtières en danger
Le niveau de l’océan augmente, globalement à une vitesse moyenne de 1,7 mm par an depuis le début du XXe siècle. Cette hausse est liée à deux phénomènes : la dilatation de l’eau due à l’augmentation de la température et la fonte des glaces continentales, glaciers et calottes polaires. Dans le futur, on pense que la montée des eaux va s’accélérer mettant en péril les zones côtières et les petites îles habitées…

3. L’océan à bout de souffle
Les eaux plus chaudes contiennent moins d’oxygène et le phénomène est accentué par le développement de nutriments et d’algues dus aux activités humaines (phénomène dit d’eutrophisation).

4. L’océan, pompe à carbone
Chaque jour, l’océan absorbe un quart du CO2 produit par l’homme ce qui modifie la composition chimique de l’eau, provoque une acidification du milieu et réduit la présence de molécules nécessaires aux plantes et animaux marins pour fabriquer leurs squelettes, coquilles et autres structures calcaires. L’acidité des océans a augmenté de 30% en 250 ans et ce phénomène continue à s’amplifier…

5. Chute de la biodiversité
Ces stress multiples ont un rôle sur la perte de la biodiversité biologique en modifiant le métabolisme des individus, les cycles de vie des espèces, les relations entre les proies et les prédateurs et les habitats des populations comme le corail par exemple.

 

42316876_1531584460321773_6771376221180657664_n

Nous étions à Alternatiba à Bayonne en 2010 et en 2013 (lire les articles consacrés). Nous répondons présents.es avec enthousiasme pour Alternatiba 2018 le samedi 6 à Biarritz pour l’arrivée du tour de France cycliste qui boucle un périple de 5800 km débuté au mois de juin et le dimanche 7 octobre 2018 à Bayonne pour le village Alternatiba qui présentera des centaines d’initiatives dans tous les domaines de la vie (alimentation, énergie, eau, transport…) sous forme de stands, d’animations et de conférences (lire le programme complet). Le rassemblement s’annonce énorme (30 000 personnes sont attendues à Bayonne) et festif avec un grand repas de rue et des concerts. Venez !

rame-pour-ta-planete-surfrider

Samedi 6 octobre – 12h-15h
Venez nous rejoindre sur la grande plage de Biarritz pour partagez un pique-nique avec les cyclistes d’Alternatiba avant d’aller ramer avec vos planches de surf, SUP, paddleboard, pirogue ou kayak dès 13h30 jusqu’à la roche plate pour montrer la mobilisation de la communauté des surfeurs et de tous les amoureux de l’océan (plus d’infos). Les plus motivés prendront ensuite leur vélo pour rejoindre Bayonne avec les cyclistes pour la dernière étape du tour. Apéro et concerts à l’arrivée !

Dimanche 7 octobre – 9h-17h
Rencontrez les bénévoles du collectif Uramap, la carte participative de lutte contre les pollutions aquatiques (pôle EAU).

Visitez notre stand éco-surf (pôle EAU) qui présentera une dizaine de porteurs de projets, de marques et de d’objets conçus avec un impact limité sur l’environnement : des combinaisons en yulex (Patagonia, Picture, Sen No Sen), les planches de surf (Notox et Cachalot Surfboards), de la wax (Sim Wax et Greenfix) à ranger dans une jolie petite boite en bois (Surfwaxbox), des housses (Viktoria Surfbags), des sangles pour transporter sa planche (Bon Pied), des supports pour ranger les boards chez soi (Levitation Board Support) et des bracelets fabriqués en recyclant des combinaisons (Néocombine).

Apprenez à faire des cosmétiques à base d’ingrédients simples et sans impact sur l’océan (plus d’infos) (espace ENFANTS).

Décharges sauvages : STOP !

samedi 28 avril 2018 à 17:38 | Publié dans actions antenne 64, Uramap | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , ,

Uramap-moulin-Habas-54.jpg

En 2018, alors que la problématique de la gestion des déchets est omniprésente, il existe encore des personnes qui se débarrassent de leurs poubelles en zone naturelle. Avec toujours les mêmes conséquences : pollution des nappes phréatiques, des cours d’eau et de l’océan…

Depuis près de trois ans, Surfrider Côte Basque participe au collectif Uramap qui édite la carte participative des pollutions aquatiques www.uramap.net. L’outil donne à chacun la possibilité de localiser les pollutions aquatiques, de communiquer avec les acteurs du territoire et de trouver collectivement des solutions.

Malgré tous ces efforts, de trop nombreuses décharges sauvages, pourtant connues des propriétaires et des services techniques des collectivités, persistent sur l’ensemble du territoire.

Pour dénoncer cette situation de fait, le collectif Uramap a organisé une action de nettoyage symbolique d’un site pollué le samedi 28 avril 2018… Situé à 300 m du centre de tri et de valorisation des déchets Canopia !

25 personnes ont extrait des dizaines de kilos de carrosseries automobiles et de déchets divers d’une zone humide située chemin du moulin de Habas à Bayonne. Les polluants ont été déposés au bord de la route pour qu’ils soient vus de tous !

(voir toutes les photos) © Christelle Chambre

Uramap-moulin-Habas-16

Uramap-moulin-Habas-2

Uramap-moulin-Habas-3

Avec cette action, le collectif Uramap demande aux collectivités locales de s’impliquer véritablement dans la lutte contre les dépôts sauvages, et notamment :

Appliquer le principe du pollueur / payeur
Parce que si certains pollueurs sont anonymes, d’autres signent leur méfait par le type d’objets jetés (emballages ou produits au nom d’une entreprise locale), par la localisation des dépôts sauvages dans des zones seulement accessibles des propriétaires.

Les mairies et communautés de communes possédent un pouvoir de police administrative, il n’est donc pas difficile de faire cesser les nuisances.

Rappelons que :
– Si l’auteur est connu, le maire DOIT faire usage de ses pouvoirs de police tant sur le plan pénal qu’administratif.
– Si l’auteur est inconnu, il est possible sous certaines conditions de mettre en cause le propriétaire si celui-ci fait preuve de négligence à l’égard d’abandons sur son terrain.

Un procès-verbal peut être dressé (en fonction des circonstances) au titre du code pénal, du code de l’environnement ou du code forestier. Il existe des contraventions applicables pour tout type de dépôts !

Nettoyer les sites déclarés pollués
Malgré les alertes de citoyens ou d’associations (collectif Uramap ou CADE par exemple) aucun nettoyage n’est entrepris par les collectivités ou services sanitaires à de nombreux endroits du territoire.

Sensibiliser le public, les entreprises et les collectivités
Sensibiliser une fois encore à la problématique des déchets qui impactent le milieu naturel et la qualité de l’eau par infiltration des sols ou par reprise des polluants par les cours d’eau avec comme réceptacle final le littoral et l’océan.

Rappelons que :
– 80% des déchets échoués sur les plages proviennent de l’amont (10% sont abandonnés directement sur le littoral et 10% en mer).
– 70% des déchets en mer finissent par couler et ne pourront jamais être récupérés.
– Le nettoyage des plages et du milieu naturel en général représente un budget important pour des collectivités qui héritent de polluants venus d’ailleurs.
– Le nettoyage mécanisé des plages détruit le milieu de vie de l’estran et favorise l’érosion.

Dire notre inquiétude du risque de multiplication des dépôts sauvages à l’occasion de la modification du mode de collecte des ordures
La Communauté Pays Basque expérimente depuis mars, sur le secteur Garazi Baigorri, un nouveau mode de collecte qui a pour objectif louable d’inciter à mieux trier et à limiter notre production de déchets en appliquant une taxe « ordures ménagères » variable en fonction des apports aux points de collecte.

En quelques mots, chacun est muni d’un badge qui permet l’ouverture de containers verrouillés, ce qui permet de comptabiliser les apports. Chaque ouverture est comptabilisée. Pour plus d’infos, se reporter à cette notice.

Ne risque on pas d’augmenter la tentation de se débarrasser d’ordures dans la nature pour apporter le moins possible aux containers ? Quels sont les mesures de sensibilisation et de police qui accompagnent la mise en place de ce dispositif ?

Un courrier a été envoyé il y a quelques semaines à la directrice des services techniques du pôle territorial Garazi Baigorri pour faire part de nos inquiétudes à ce sujet. Sans réponse à ce jour.

 

NON au projet Sudmine !

vendredi 15 septembre 2017 à 11:37 | Publié dans actions antenne 64, artificialisation, écologie, faune, information générale, pollution, protection environnement, qualité eau, Uramap | Laisser un commentaire

L’entreprise Sud Mine a déposé une demande de recherche d’or, valable pour 3 ans, sur un territoire de 126 km² qui englobe entre autres 3 AOC Basques ainsi que les communes de St Pée sur Nivelle, Cambo et Ustaritz.

Surfrider Côte Basque s’inquiète des risques réels que ce projet fait peser sur les milieux aquatiques et appelle ses sympathisants à rejoindre la manifestation organisée demain, samedi 16 septembre 2017, à Bayonne (départ de Lauga à 16h).

Edit 15 février 2018 : BONNE NOUVELLE. Le gouvernement a définitivement rejeté la demande du permis de recherche d’or au Pays Basque. Il n’y aura pas de mine d’or au Pays Basque. Merci pour votre mobilisation !

Edit 19 septembre 2017 : 1800 à 2500 personnes ont manifesté samedi 16 septembre. Le cortège, après avoir traversé les rues de Bayonne s’est fini au quai Xaho où plusieurs personnalités ont pris la parole : le collectif Stop Mines, une délégation de citoyens bretons qui combattent un projet similaire, des élus et notamment le Président de la Communauté d’agglomération Pays Basque. Tous ont renouvelé leur unité contre ce projet qui ne pourrait voir le jour sans risques manifestes pour notre économie, la qualité de nos terres et de nos eaux !

Pour manifester votre opposition, vous pouvez signer la pétition initiée par le CADE ou vous adresser directement au président de la société Sud Mines par SMS au 06 88 16 76 78 ou par courrier postal :
M. Christian Vallier
2 chemin du Château
45530 Seichebrières

Voir les photos de l’antenne Côte Basque de Surfrider à la manifestation

21232002_1395322753919908_7393416136256387349_n

Un projet qui s’attaque à notre terre : notre richesse !

Ce projet, c’est le même problème que l’exploitation du pétrole : quand un permis de recherche est accordé et que l’on trouve quelque chose, il est difficile d’empêcher ensuite le démarrage de l’exploitation, même s’il y a un risque (écologique ou autre). C’est donc maintenant qu’il faut agir : avant que le permis de recherche ne soit accordé !

Sans titre

Des risques écologiques, il y en a déjà toute une liste !

En plus de l’importante consommation d’énergie utilisée pour ce type de chantier, de nombreux composés chimiques – dont le cyanure – sont employés afin de séparer l’or de la roche. Pire, le permis autoriserait à creuser dans les massifs primaires ou monts alluvionnaires. Là ce serait de 10 à 20 composés chimiques qui seraient utilisés pour « gratter » quelques grammes d’or par tonne de terre ! Mieux, ces composés chimiques seront rejetés dans l’eau ! Une eau qui n’est que de 10 à 50% recyclée… On peut se faire du souci !

Sans titre2Principe de la lixiviation en tas. © BRGM

Et puis, c’est connu, au Pays Basque il ne pleut que deux fois par an ! Aussi, ces précipitations qui font le vert de notre territoire risqueront d’augmenter les coûts de gestion des rejets sur le bassin ! (cf. croquis ci-dessus). Or, dans cette période de difficultés économiques, nous ne doutons pas que les prestataires chercheront la moindre économie, au détriment des risques d’accidents ! Et c’est précisément sur cette gestion efficace des rejets en bassin, que Surfrider Côte Basque pousse un cri d’alerte !

Une mauvaise gestion, des accidents et les métaux lourds deviennent LA menace sur l’eau de notre territoire !

Le cyanure, comme les autres substances chimiques, représente un péril pour notre territoire : les cours d’eau, l’OCÉAN et tout ce qui y vit.

9 fois sur 10 l’industrie aurifère fait usage du cyanure. Ce liquide est toxique à très faible dose ! Il s’attaque aux cellules animales et végétales en bloquant leur processus de respiration. Chez l’Homme c’est la thyroïde ! En outre, même si l’on respecte les normes européennes (maximum 0,05 mg/L), cette dose suffit à tuer une truite en 5 jours, par exemple, contre quelques heures pour 1 mg/L…

Le projet de mines à Kanbo menace 6 captages de sources. Par conséquent, l’eau potable consommée au Pays Basque est directement menacée ! Toutefois elle n’est pas la seule : sont également en danger : La Nive, les nappes phréatiques, le lac de St-Pée, les eaux thermales de Kanbo et toute terre agricole qui se trouverait en aval de l’extraction de l’or ou simplement arrosée avec l’eau d’une nappe phréatique polluée ! Le risque est immense !

Une étude douteuse, une opposition locale forte

Comme tout projet de ce type, la demande de recherche s’est accompagnée d’une étude. Celle-ci a démontré que les risques écologiques seraient quasi nuls, aussi a-t-elle été validée par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) ! Amusant ? Pas trop, quand on sait que le directeur du Bureau d’étude GéoPlus Environnement (qui a réalisé cette étude « rassurante ») est le même directeur que… l’entreprise Sud Mine… On arrête de rire !

La Communauté d’Agglomération Pays Basque, regroupant la totalité des 158 communes du Pays Basque nord, les parlementaires concernés et les maires des 11 communes touchées dont on a demandé leurs avis, ont TOUS émis un avis DÉFAVORABLE à ce projet !

À ces avis défavorables se sont joints les 3 chambres consulaires officielles d’Iparralde (CCI, CMA et CA), tout comme la chambre d’agriculture alternative EHLG.

Aujourd’hui, les élus, la population et les associations disent NON à cette demande de recherche d’exploration ! Alors pourquoi cette manifestation du 16 Septembre ? C’est qu’après l’avis de la DREAL, c’est au tour du gouvernement de rendre son arbitrage !

Indéniablement nous devons donc être TOUTES et TOUS présents le 16 Septembre à 16 H à Bayonne pour demander HAUT et FORT :

  • Que le permis d’exploration soit rejeté, (tant qu’il est encore temps de le faire)
  • Exprimer clairement notre détermination à empêcher tout début d’exploration dans le cas où le gouvernement passerait outre la volonté de la population d’Iparralde et de ses représentant(e)s.

Pour en savoir plus :

Réaménagement de la plage Marbella, qu’en pense Surfrider ?

dimanche 10 septembre 2017 à 11:13 | Publié dans actions antenne 64, Marbella | 6 commentaires
Étiquettes : , , , , , , ,

Les enjeux partagés : Conforter la falaise et aménager la plage de Marbella.

Suite à la diffusion dans la presse au mois de juin 2017 d’une image du projet d’aménagement de la falaise et de la plage de Marbella, de nombreuses personnes se sont inquiétées des conséquences qu’il pourrait avoir sur la dernière plage naturelle restant accessible à marée haute à Biarritz.

marbella_Biarritz

La représentation graphique, finalement jugée « maladroite » par la mairie, montrait un aménagement lourd empiétant largement sur la plage et favorisant l’organisation du chantier autour d’une rampe d’accès camions, au détriment des équilibres naturels du site. La situation était d’autant plus préoccupante qu’elle intervient sur un site qui a déjà vu disparaître, il y a quelques années, le spot du mousse au sud des 100 marches.

Le projet est Lancé dès 2014 faisant partie intégrante de la plupart des programmes des candidats à la mairie de Biarritz, partageant tous la nécessité d’intervenir sur la falaise. Peu de discutions sont alors engagées et peu de publicité est faite sur les différents scenarii envisagés, malgré l’annonce d’une période de concertation et un affichage en mairie.

Cette partie du littoral laissée volontairement sauvage, sans aménagement particulier, évolue naturellement et illustre parfaitement aujourd’hui les conséquences du retrait naturel de trait de côte dans une zone devenue aujourd’hui fortement urbanisée.

Le mouvement de protestation se structure rapidement dès le mois de juillet 2017 autour de deux revendications : un projet moins invasif pour la plage et un accès aux différentes études et propositions d’aménagement. Suite au refus de la mairie dans un premier temps de communiquer plus sur le projet, les collectifs Sauvons Marbella et SOS Biarritz s’associent à Surfrider Foundation dans une lettre officielle signifiant le manque de communication sur ce projet. La mairie décide finalement de revoir la proposition.

Continue Reading Réaménagement de la plage Marbella, qu’en pense Surfrider ?…

Uramap, 1 an

mercredi 31 mai 2017 à 17:15 | Publié dans actions antenne 64, Uramap | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le 8 juin, journée mondiale des Océans 2017, marque aussi l’anniversaire de création du collectif Uramap (*) et du site internet www.uramap.net. C’est une carte interactive, utilisable par tout citoyen, qui permet de signaler et d’aider à supprimer les pollutions qui impactent les milieux aquatiques aux Pays Basque. Depuis sa création, la carte participative a permis le signalement de 100 cas, le traitement de 80% d’entre eux et la résolution effective d’une trentaine de pollutions. Il y a de quoi être fiers !

Le jeudi 8 juin à 17h30, nous invitons l’ensemble des acteurs sensibles à ce projet (élus, responsables sanitaires, associations et citoyens) à participer à une conférence de presse publique. Ce sera l’occasion de discuter ensemble autour de cas concrets pour connaître votre perception de l’outil, envisager son évolution et le développement de nouvelles synergies.

La protection de l’environnement et l’engagement associatif vous intéresse ? Comme nous, vous êtes convaincu qu’on peut agir et faire avancer les choses ? VENEZ NOUS RENCONTRER !

Rendez-vous le jeudi 8 juin de 17h30 à 19h chez Bizi, 22 rue des Cordeliers à Bayonne. N’hésitez-pas à vous inscrire sur l’évènement Facebook dédié.

(*) : qui fédère les associations Bizi, Itsas Arima, Pose ta graine, Surfrider Côte Basque et Ur Tipula.

A cette occasion et pendant tout le mois de juin, nous lançons l’opération SELFIE DECHETS inspirée de la démarche menée par Fatoumata Chérif à Conakry en Guinée (voir la photo ci-dessous).

Pour participer, c’est très simple :

1. Prenez-vous en photo avec un masque chirurgical (ou de chantier), un foulard ou un tee shirt devant la bouche, face à des déchets jetés dans la nature ou sur la plage.

2. Publiez la photo sur vos réseaux sociaux (en identifiant @Surfrider Côte Basque sur Facebook ou @SurfriderBasque sur Twitter) ou directement sur la page FB de Surfrider Côte Basque avec la légende : Jeter par terre c’est jeter en mer ! www.uramap.net #WorldOceansDay #stoppollution #SelfieDéchets #uramap

Si vous vous ne savez pas où trouver des endroits pollués ? Faites un tour sur www.uramap.net, il y a plus de 100 signalements référencés !

operation_selfiesselfie-dechet-5

20170527_105340

Avec les plongeurs à Socoa

jeudi 18 mai 2017 à 19:38 | Publié dans actions antenne 64 | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , ,

2017-05-06_CODEP64-39surfrider-socoa-plongee-nettoyage-1.jpg

Comme l’année dernière, nous tenions un stand samedi 6 juin 2017 à Socoa aux côtés du Comité Départemental de Plongée 64 (CODEP 64) qui invitait avec la Fédération Française d’Étude et des Sports Sous-Marins (FFESSM) à un rassemblement de bateaux et de plongeurs de tous les clubs du département à un nettoyage du port de l’ensemble des déchets accumulés sur terre et au fond. A l’aide de de filets, d’épuisettes et de parachutes de relevage, une vingtaine de plongeurs se sont relayés toute la journée selon la méthode du ramassage en « pâquerette » : il s’agit d’aller aller au large, de collecter, derevenir déposer et de repartir en modifiant légèrement sa direction. Une méthode efficace pour ratisser au mieux les fonds marins.

Ils ont ramené des emballages de produits ménagers, des pneus, des restes d’engins pyrotechniques (pollution récurrente et déjà dénoncée) , des chaussures, des lunettes, la liste est longue…

La FFESSM a signé en 2009 une charte avec le comité national olympique et sportif français, le CNOSF, pour « un sport et une société écologiquement, socialement et économiquement responsables et durables ». Localement, il s’agit de faire de la sensibilisation auprès des plongeurs et de la population sur les déchets en mer et sur le projet pour le maintien et le rétablissement de la faune et de la flore marine, se traduisant par la mise en place d’une réserve marine sur la zone des Briquets à Hendaye, inclue dans l’aire marine protégée de la cote basque.
2017-05-06_CODEP64-33surfrider-socoa-plongee-nettoyage-2.jpeg

Nettoyage aux 100 marches

dimanche 2 avril 2017 à 11:03 | Publié dans actions antenne 64, Uramap | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , ,

A l’invitation du collectif URAMAP uramap.net, venez donner un coup de main pour nettoyer le sentier d’accès à la plage des 100 Marches à Bidart souillé par des déchets accumulés dans ce vallon encaissé. Le chantier a débuté il y a deux ans mais n’a pu être fini ni en 2015, ni en 206. Nous y retournons une troisième fois avec la ferme intention de terminer la remise en état et de rendre à ce site sauvage toute sa splendeur.

Rendez-vous dimanche 9 avril à 9h, rue Tutilenia à Bidart (plan : http://tinyurl.com/otrzu4a). Venez équipés de bonnes chaussures et d’un pique nique pour deux séances de travail de 10h à 12h30 et de 13h30 à 16h. N’hésitez-pas à participer même si vous n’êtes disponibles qu’une demi-journée. Nous offrons thé, café, jus de fruits, quelques pâtisseries et la bonne humeur !

N’hésitez-pas à vous inscrire sur la page de l’évènement Facebook.

Cette opération est co-organisée par le collectif Uramap (qui fédère les associations BiziItsas ArimaPose ta graine, Surfrider Côte Basque et Ur Tipula) la Mairie de Bidart et le Département des Pyrénées-Atlantiques.

EDIT : Voir les photos de l’évènement

Nettoyage de la plage de Cenitz

dimanche 19 mars 2017 à 20:56 | Publié dans actions antenne 64, Initiatives Océanes | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , ,

Comme chaque année, dans le cadre de son programme Initiatives Océanes, Surfrider Foundation Europe invite le grand public et ses sympathisants à nettoyer les plages, lacs et rivières. Signe d’une prise de conscience, grâce au soleil ou les deux, nous étions près de 80 ce dimanche pour nettoyer la plage de Cenitz. La moitié du groupe s’est occupé de la partie située sur la commune de Guéthary, l’autre sur celle de Saint Jean de Luz. Une heure et demi de collecte avant l’ouverture d’un sac témoin pour voir ensemble le type de déchets collectés : le plastique représente 90 % des polluants ! Une seule solution pour que cela change : arrêter d’acheter des objets dans ce matériau, certes peu cher, mais tellement peu solide et à la base de tellement d’objets jetables… Il existe des tas d’alternatives (relire, cette série d’articles pour trouver de bonnes idées).

Un grand merci à tous les volontaires qui se sont déplacés. A très vite… Plus de photos de l’évènement à voir sur notre page FB.

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :