Des déchets médicaux dans la Nive – suite

lundi 17 novembre 2014 à 22:03 | Publié dans pollution Renaudin | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , ,

dechets_medicaux_adour-1 dechets_medicaux_adour-2

Suite à la découverte sur les berges de la Nive, par des pêchers de l’AAPPMA, de produits médicaux échappés d’un dépôt sinistré lors de la crue du 4 juillet 2014 et le signalement de la présence de produits équivalents sur les berges de l’Adour au niveau du port à Anglet (voir photos ci-dessus), nous nous sommes adressés au laboratoire Renaudin identifiés sur plusieurs emballages pour lui faire part de notre préoccupation. Le courrier est reproduit ci-dessous, ainsi que la réponse complète et argumentée. En voici les principaux extraits (en italique, entre guillemets) :

L’entreprise reconnait la perte de « quelques centaines de kilos » de produits dans « un bâtiment situé à Cambo, à une soixantaine de mètres des berges ». « Les portes ont été arrachées et le contenu a été éparpillé dans les buissons aux alentours et en partie emporté par les eaux qui ont atteint 1,5 m à l’intérieur. La surface totale concernée par le stockage était d’environ 50 m2 ».

« De façon générale, aucun des produits susceptibles de se trouver dans le local ne peut être considéré comme dangereux ou contaminant (il n’y a ni hormones, ni organismes vivants, ni agents toxiques). Les produits qui ont potentiellement été emportés correspondent à des produits en vente libre sans ordonnance. A titre d’information, tous les produits pharmaceutiques actifs que nous fabriquons sont stockés sur le site d’Itxassou qui n’a pas été touché ».

« Il n’y a pas de précaution ou de comportement particulier à adopter vis a vis de ces produits, si ce n’est le comportement de bon sens en face d’un déchet. »

« Notre société a demandé et obtenu l’autorisation de démolir le local concerné, ce qui permettra d’évacuer les gants et perfuseurs restants qui sont dans une zone rendue dangereuse à la suite de la crue. Nous avons également sollicité la société ayant procédé au premier nettoyage afin qu’elle procède à une nouvelle vérification des berges et de toutes les zones accessibles le long de notre terrain. »

Si la réponse a l’avantage d’être complète et argumentée, on reste cependant sceptique de la prise de conscience réelle de la pollution engendrée :
– Il existe des produits en vente libre portant atteinte à l’environnement. Le non-classement en « produit toxique » ne signifie pas qu’il n’y a pas d’impact sur le milieu.
– Il s’agit de bouteilles en verre pouvant se briser, de kits de perfusion contenant des aiguilles, de gants en latex pouvant être ingérés par la faune et participant à l’asphyxie des sols et de la flore.
– Nettoyer son terrain, c’est bien. Nettoyer le cours d’eau sur toute sa longueur ce serait mieux !
– Concernant les quantités perdues, on s’étonne de l’approximation de la réponse : « quelques centaines de kilos ». C’est imprécis et en même temps beaucoup trop pour considérer cette pollution comme insignifiante. 

A noter qu’une réunion de concertation à la demande de l’association des pêcheurs AAPPMA aura lieu cette semaine dans les locaux de la communauté de communes Errobi en présence de représentants du laboratoire Renaudin et de Surfrider. Compte rendu à venir.

Edit 20 novembre 2014
Suite à la réunion de concertation, voici quelques précisions :
– Le laboratoire Renaudin réaffirme que les produits perdus ne sont pas dangereux mais refuse catégoriquement d’en communiquer la liste.
– La perte du stock étant consécutive à une catastrophe naturelle, l’entreprise ne se sent pas responsable. Elle s’engage néanmoins à faire nettoyer les 600 m de berges de leur terrain dans les 15 jours à venir et à détruire définitivement le local incriminé.
– L’entreprise n’a pas communiqué pour avertir de l’incident, dès l’été 2014 suite à la crue, de peur de créer une « psychose » dans la population et éviter d’être pointée du doigt.
– Les représentants des pêcheurs de l’AAPPMA ont observé des déchets jusqu’à Villefranque (nos contacts font mentions de produits équivalents – sans qu’on puisse affirmer que ce sont les mêmes – sur l’Adour à Anglet et sur les plages du sud des Landes à Capbreton et Seignosse).
– La communauté de Communes Errobi s’engage à faire pratiquer un nettoyage des berges sur l’étendue de son territoire.

Lire les courriers dans leur intégralité ci-dessous.

Continue Reading Des déchets médicaux dans la Nive – suite…

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :