Risque de pollution accru à Hendaye

lundi 6 juin 2016 à 23:22 | Publié dans actions antenne 64, pollution | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , ,

pollution_hendaye_station_Armatonde.jpg

pollution_hendaye_station_Armatonde-2

Signalée comme problématique sur la carte participative des pollutions Uramap, la station d’épuration Armatonde (dite aussi des Jumeaux) à Hendaye connait une avarie qui la place de fait hors la loi. L’émissaire qui rejette les eaux traitées dans l’océan a cédé le 10 avril et diffuse maintenant directement dans la falaise à plusieurs dizaines de mètres du rivage (et à près de 100m du niveau de l’eau à marée basse), donc très très loin de ce qu’impose l’article relatif au Rejet des effluents traités des stations d’épuration de la loi française : l’exutoire doit se trouver sous l’eau quelle que soit la marée.

Rencontrés au mois de janvier (lire l’article), le maire d’Hendaye, Kotte Ecenarro et le responsable chargé de l’assainissement à l’agglomération Sud Pays Basque, reconnaissaient la vétusté de la station et la possibilité de rejet d’eau non traité dans l’environnement.

En effet, même s’il existe deux dispositifs pour stocker et réguler les effluents en amont, en cas de pluie intense conduisant à des débits supérieurs à la capacité d’acceptation de l’installation, des débordements ont lieu au niveau du trop plein du bassin Héliomarin vers le ruisseau rejoignant directement la plage, ou par le trop plein du bassin tampon situé en tête de la station qui rejoint l’émissaire des Deux Jumeaux.

Le risque de pollution est donc avéré et a un impact sur la faune et la flore locale. D’autant que, situé à quelques dizaines de mètres de l’espace réservé des Jumeaux, le site accueille de très nombreux goélands qui nichent sur les rochers et viennent se nourrir sur place.

Ajoutons à cela que des eaux non traitées favorisent le phénomène d’eutrophisation, caractérisé par le développement d’algues invasives qui prolifèrent dans les milieux riches en azote et en phosphates.

Si les surfeurs qui fréquentent le spot des Jumeaux peuvent être directement impactés, il y a nettement moins de risque pour les baigneurs sur la plage : la ville d’Hendaye fait réaliser des prélèvement quotidiens au niveau du centre héliomarin (de l’ancien casino et de Sokoburu) et prononce des interdictions temporaires de baignade en cas de besoin.

Malheureusement, les rejets à l’air libre vont se poursuivre pendant de longs mois. Etant donné l’état général de vétusté de l’émissaire, l’idée de le réparer a été abandonné.

Il faudra attendre la validation du projet de réhabilitation complète de la station à l’automne 2016, puis le début des travaux pendant l’année 2017 pour que tout rentre dans l’ordre. Un budget de 2 millions d’euros pour l’émissaire et de 5 millions d’euros pour la station est d’ores et déjà prévu.

Concernant l’émissaire, trois solutions avaient été initialement envisagé :
– le confortement : l’idée a fait long feu, l’émissaire a cédé.
– la réhabilitation avec la difficulté de faire des travaux sur le domaine classé d’Abbadia que traverse l’édifice.
– la réalisation d’un nouvel ouvrage par forage souterrain depuis la station et jusqu’à un point situé loin dans l’océan pour respecter les normes de rejet et de dilution.

Si la volonté de la commune et de l’agglomération de gérer activement le problème de cette station d’épuration est évidente, on ne peut que regretter – une fois de plus – qu’il faille attendre que l’installation dis-fonctionne pour trouver des solutions.

Il va falloir 12 à 24 mois pour que l’émissaire cesse de cracher dans la falaise, c’est inacceptable…

Pour suivre l’historique de ce point de pollution, reportez-vous à la carte Uramap

pollution_hendaye_station_Armatonde-4pollution_hendaye_station_Armatonde-3

Photos : © Jean-Pierre Le Luzien

 

Mission d’inspection à Hendaye

dimanche 10 janvier 2016 à 15:11 | Publié dans actions antenne 64 | 3 commentaires
Étiquettes : , , , , ,

Grâce à notre carte participative, nous avons reçu en décembre un signalement de rejets douteux en sortie d’un émissaire dans les falaises à Hendaye. Selon le témoignage, certains jours, ce sont des eaux mousseuses qui s’échappent. Pire encore, parfois, on voit de la matière organique et des déchets (papier, reste de lingettes) sortir directement du tuyau !

Ce dimanche 10 janvier, bien chaussés et habillés, nous profitons des coefficients importants et de la marée basse pour aller jusqu’à l’émissaire de rejet des eaux traitées de la station d’Armatonde à Hendaye. Malgré la pluie, la balade reste magnifique : de la pointe nord de la plage, on se dirige vers les jumeaux, que l’on dépasse en direction de la pointe Sainte Anne en passant de plaques rocheuses en plaques rocheuses. On remarque un blockhaus tombé de la falaise il y a quelques années et, en plusieurs endroits, de gros fûts métalliques. Il s’agit des canons des anciennes forteresses de la seconde guerre mondiale.

A notre arrivée, l’émissaire rejette de l’eau par intermittence. Pas de déchet visible dans le liquide. On en profite pour prélever un échantillon qui sera envoyé à notre laboratoire d’analyse. Nous sommes surpris de voir que l’émissaire rejette les eaux directement aux pieds des rochers, voire sur le sol à marée basse, plutôt qu’en pleine mer. On remarque aussi le piteux état de la canalisation venue des falaises. Il ne serait pas étonnant qu’elle cède dans les années à venir…

Edit du 12 janvier 2016 : à la suite de notre visite, le journal Sud Ouest rapporte que le maire d’Hendaye (lire l’article) a d’ores et déjà « sollicité et obtenu de la part de la Communauté d’agglo Sud Pays basque, dont c’est la compétence, l’inscription d’un premier crédit de paiement de l’ordre de 400 000 euros en 2016 » pour la réfection de la station Armatonde.

Edit du 13 janvier 2016 : nous avons rencontré le responsable chargé de l’assainissement au sein de l’Agglo Sud Pays Pasque, en charge de la station d’épuration. Nous nous sommes aussi longuement entretenu avec le maire d’Hendaye, Kotte Ecenarro. Enfin, nous sommes retournés sur place en compagnie de journalistes de France 3.

Aujourd’hui encore, l’émissaire crachait une eau plutôt claire, même si on note la présence de résidus de fibres textiles (lingettes ?) accrochés sur les rochers avoisinants.

Concernant la station d’épuration, les rejets sont conformes aux normes en vigueur aux dires de l’agglomération et de la Lyonnaise des Eaux. Cependant, le responsable de l’assainissement et le maire reconnaissent que l’installation présente des points de vétusté, que la population (et donc la charge d’eaux à traiter) est en augmentation sur le secteur et que les technologies ont évolué depuis la mise en service de la station d’Armatonde. Ils reconnaissent aussi, qu’ici comme ailleurs, en cas de fortes précipitations, des eaux peuvent être rejetées dans le milieu naturel peu ou pas traitées. L’impact semble strictement local, puisque les analyses de l’Agence Régionale de Santé ne font apparaitre aucun dépassement sur les analyses effectuées pendant la saison estivale 2015 (entre le 18 mai et le 21 septembre). La plage d’Hendaye n’a cependant été interdite à la baignade de façon préventive que les 14, 16 et 17 juin.

Après le vote d’un crédit de 400 000 € en 2016 servant à financer les études de réalisation, des travaux de rénovation sont prévus en 2016 et 2017 pour un montant total de 7 millions d’euros. Il s’agit de rénover la partie de traitement primaire, d’ajouter une phase de traitement tertiaire (plus d’info sur les phases de traitement), de requalifier deux bassins en zone de stockage d’eau à traiter et de rénover l’émissaire de rejet.

Ces travaux feront suite à de premiers aménagements effectués en 2013 : construction d’un bassin de rétention sous le parking du centre héliomarin, couverture de la zone de stockage des boues) et détournement vers Urrugne des eaux du quartier Mentaberri (6 000 eq habitants) pour soulager la station.

En conclusion, s’il existe des rejets hors normes comme celui observé par le lanceur d’alerte et signalé sur notre carte participative des pollutions, il semble évident que les gestionnaires et les autorités compétentes travaillent à les supprimer.

Dans tous les cas, ce dossier est un bon exemple de la problématique de la pression humaine sur le milieu naturel dans une région qui attire de plus en plus de monde…

station_epuration_armatonde_Hendaye_Surfrider

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :