Pourquoi Surfrider se mobilise pour Alternatiba 2018 ?

mardi 25 septembre 2018 à 22:17 | Publié dans actions antenne 64 | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

G.BounaudTara-Expedition-Petit-Grain

Alors que 25 personnalités signent une tribune dans le journal Libération pour appeler à un sursaut avant que le changement climatique ne soit irréversible, il est important de rappeler à la fois le rôle primordial de l’océan sur le climat et les impacts du changement climatique sur l’océan :

1. L’océan, réservoir de chaleur
L’océan absorbe et stocke la chaleur du soleil avec beaucoup plus d’efficacité que les continents et l’atmosphère. C’est le principal régulateur du climat mondial. Malheureusement, en récupérant l’excès de chaleur dû à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, l’océan se se réchauffe ce qui n’est pas sans conséquence sur le milieux et les populations aquatiques.

2. Les petites îles et les zones côtières en danger
Le niveau de l’océan augmente, globalement à une vitesse moyenne de 1,7 mm par an depuis le début du XXe siècle. Cette hausse est liée à deux phénomènes : la dilatation de l’eau due à l’augmentation de la température et la fonte des glaces continentales, glaciers et calottes polaires. Dans le futur, on pense que la montée des eaux va s’accélérer mettant en péril les zones côtières et les petites îles habitées…

3. L’océan à bout de souffle
Les eaux plus chaudes contiennent moins d’oxygène et le phénomène est accentué par le développement de nutriments et d’algues dus aux activités humaines (phénomène dit d’eutrophisation).

4. L’océan, pompe à carbone
Chaque jour, l’océan absorbe un quart du CO2 produit par l’homme ce qui modifie la composition chimique de l’eau, provoque une acidification du milieu et réduit la présence de molécules nécessaires aux plantes et animaux marins pour fabriquer leurs squelettes, coquilles et autres structures calcaires. L’acidité des océans a augmenté de 30% en 250 ans et ce phénomène continue à s’amplifier…

5. Chute de la biodiversité
Ces stress multiples ont un rôle sur la perte de la biodiversité biologique en modifiant le métabolisme des individus, les cycles de vie des espèces, les relations entre les proies et les prédateurs et les habitats des populations comme le corail par exemple.

 

42316876_1531584460321773_6771376221180657664_n

Nous étions à Alternatiba à Bayonne en 2010 et en 2013 (lire les articles consacrés). Nous répondons présents.es avec enthousiasme pour Alternatiba 2018 le samedi 6 à Biarritz pour l’arrivée du tour de France cycliste qui boucle un périple de 5800 km débuté au mois de juin et le dimanche 7 octobre 2018 à Bayonne pour le village Alternatiba qui présentera des centaines d’initiatives dans tous les domaines de la vie (alimentation, énergie, eau, transport…) sous forme de stands, d’animations et de conférences (lire le programme complet). Le rassemblement s’annonce énorme (30 000 personnes sont attendues à Bayonne) et festif avec un grand repas de rue et des concerts. Venez !

rame-pour-ta-planete-surfrider

Samedi 6 octobre – 12h-15h
Venez nous rejoindre sur la grande plage de Biarritz pour partagez un pique-nique avec les cyclistes d’Alternatiba avant d’aller ramer avec vos planches de surf, SUP, paddleboard, pirogue ou kayak dès 13h30 jusqu’à la roche plate pour montrer la mobilisation de la communauté des surfeurs et de tous les amoureux de l’océan (plus d’infos). Les plus motivés prendront ensuite leur vélo pour rejoindre Bayonne avec les cyclistes pour la dernière étape du tour. Apéro et concerts à l’arrivée !

Dimanche 7 octobre – 9h-17h
Rencontrez les bénévoles du collectif Uramap, la carte participative de lutte contre les pollutions aquatiques (pôle EAU).

Visitez notre stand éco-surf (pôle EAU) qui présentera une dizaine de porteurs de projets, de marques et de d’objets conçus avec un impact limité sur l’environnement : des combinaisons en yulex (Patagonia, Picture, Sen No Sen), les planches de surf (Notox et Cachalot Surfboards), de la wax (Sim Wax et Greenfix) à ranger dans une jolie petite boite en bois (Surfwaxbox), des housses (Viktoria Surfbags), des sangles pour transporter sa planche (Bon Pied), des supports pour ranger les boards chez soi (Levitation Board Support) et des bracelets fabriqués en recyclant des combinaisons (Néocombine).

Apprenez à faire des cosmétiques à base d’ingrédients simples et sans impact sur l’océan (plus d’infos) (espace ENFANTS).

C’est la semaine de réduction des déchets. Agissons !

vendredi 21 novembre 2014 à 17:43 | Publié dans semaine réduction déchets | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

semaine_europeenne_reduction_dechets_logoDu 22 au 29 novembre 2014, c’est la semaine de la réduction des déchets, l’occasion de mettre le nez dans ses poubelles et de proposer chaque jour une alternative pour produire moins de déchets chez soi.

Actuellement sur les 350 millions de tonnes de déchets que les ménages génèrent, un peu plus de 205 millions de tonnes sont recyclées, 120 millions de tonnes sont enfouies, 23 millions de tonnes sont incinérées et le restant est utilisé comme épandage.

L’enfouissement pose toujours le risque de contaminer les nappes phréatiques, de polluer les sols et les cours d’eau (comme se fut récemment le cas avec la déchetterie de Beaucens, à côté de Lourdes, où, suite aux crues de l’hiver 2014, les déchets enfouis se retrouvèrent dans le Gave de Pau et ensuite dans l’Océan). Lire notre article à ce sujet.

decharge_beaucens

Quand nos déchets sont brûlés, les 2/3 sont valorisés et servent à produire de l’énergie (14,3 tonnes partent dans les 129 usines d’incinération françaises). Cependant, pour les 8 tonnes restantes, leur traitement provoque de nombreux effets néfastes sur la santé (cancers, problèmes cardio-vasculaires, jusqu’aux troubles de la reproduction. Ceci tout en reconnaissant que le traitement des fumées est de plus en plus efficace. Et, pour aller plus loin, cette filière d’incinération est la source de production de déchets ultimes de toxicité haute pour lesquels aucune valorisation n’existe pour le moment, et qui sont pourtant bien stockés quelque part  ! (En savoir plus).

Si l’on remplaçait nos plastiques par du verre, du bois ou du papier, il faudrait plus d’énergie pour produire ces objets et pour les transporter, on augmenterait donc globalement nos rejets de CO2. En choisissant le biodégradable, on continue à habituer les gens au jetable. Si Le compostable est intéressant, il existe encore trop peu de filières en France et ne concerne qu’une partie de nos déchets.

La seule solution viable sur le long terme (c’est-à-dire durable), c’est de réduire nos déchets, changer nos façons de consommer, en privilégiant les circuits courts et les produits sans emballage.

À une époque où de moins en moins de citoyens s’expriment à travers les circuits politiques traditionnels (perte de vitesse des syndicats, abstentionnisme aux élections), nous sommes de plus en plus nombreux à considérer notre façon de vivre et, entre autres, de consommer comme un engagement à minima. Pourtant si les Etats utilisent eux aussi «l’arme» du boycott, le fait de ne pas acheter certains produits peut avoir un poids. Si cette réflexion sur la consommation pouvait changer les gestes de chaque citoyen, notre société, notre air, nos océans et notre terre s’en porteraient beaucoup mieux.

A partir de demain, et jusqu’au 29 novembre, à l’occasion de la semaine de la réduction des déchets, l’antenne Côte Basque de Surfrider proposera chaque jour une alternative à un déchet commun à tous les foyers. Pour consommer différemment. Pour affirmer notre manière de voir… et espérons le faire évoluer la société pour respecter mieux l’homme et l’environnement.

Seal the deal!

dimanche 1 novembre 2009 à 20:55 | Publié dans écologie | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , ,

Ci-dessus, notre vidéo de mobilisation de surfeurs pros (*) pour inciter à signer la pétition de la campagne Seal the Deal de L’UNEP (United Nations Environment Programm).

La campagne Seal the Deal est une campagne mondiale des Nations Unies pour que le sommet de Copenhague soit vraiment productif et oblige les dirigeants de toutes les nations à s’unir au pacte (seal the deal en anglais) de réduction des émissions de CO2.

Pétition et explication sur le site www.sealthedeal2009.org. Des infos également sur le site dédié de Surfrider Europe : http://globalwarming.surfrider.eu

(*) : vidéo qui prête cependant à sourire quand on sait que sur les compétitions du Top 45, les surfeurs remontent maintenant au pic tractés par un jet ! Mais que cela ne vous empêche pas de vous engager pour la signature du pacte de réduction des gaz à effet de serre.

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :