Décharges sauvages : STOP !

samedi 28 avril 2018 à 17:38 | Publié dans actions antenne 64, Uramap | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , ,

Uramap-moulin-Habas-54.jpg

En 2018, alors que la problématique de la gestion des déchets est omniprésente, il existe encore des personnes qui se débarrassent de leurs poubelles en zone naturelle. Avec toujours les mêmes conséquences : pollution des nappes phréatiques, des cours d’eau et de l’océan…

Depuis près de trois ans, Surfrider Côte Basque participe au collectif Uramap qui édite la carte participative des pollutions aquatiques www.uramap.net. L’outil donne à chacun la possibilité de localiser les pollutions aquatiques, de communiquer avec les acteurs du territoire et de trouver collectivement des solutions.

Malgré tous ces efforts, de trop nombreuses décharges sauvages, pourtant connues des propriétaires et des services techniques des collectivités, persistent sur l’ensemble du territoire.

Pour dénoncer cette situation de fait, le collectif Uramap a organisé une action de nettoyage symbolique d’un site pollué le samedi 28 avril 2018… Situé à 300 m du centre de tri et de valorisation des déchets Canopia !

25 personnes ont extrait des dizaines de kilos de carrosseries automobiles et de déchets divers d’une zone humide située chemin du moulin de Habas à Bayonne. Les polluants ont été déposés au bord de la route pour qu’ils soient vus de tous !

(voir toutes les photos) © Christelle Chambre

Uramap-moulin-Habas-16

Uramap-moulin-Habas-2

Uramap-moulin-Habas-3

Avec cette action, le collectif Uramap demande aux collectivités locales de s’impliquer véritablement dans la lutte contre les dépôts sauvages, et notamment :

Appliquer le principe du pollueur / payeur
Parce que si certains pollueurs sont anonymes, d’autres signent leur méfait par le type d’objets jetés (emballages ou produits au nom d’une entreprise locale), par la localisation des dépôts sauvages dans des zones seulement accessibles des propriétaires.

Les mairies et communautés de communes possédent un pouvoir de police administrative, il n’est donc pas difficile de faire cesser les nuisances.

Rappelons que :
– Si l’auteur est connu, le maire DOIT faire usage de ses pouvoirs de police tant sur le plan pénal qu’administratif.
– Si l’auteur est inconnu, il est possible sous certaines conditions de mettre en cause le propriétaire si celui-ci fait preuve de négligence à l’égard d’abandons sur son terrain.

Un procès-verbal peut être dressé (en fonction des circonstances) au titre du code pénal, du code de l’environnement ou du code forestier. Il existe des contraventions applicables pour tout type de dépôts !

Nettoyer les sites déclarés pollués
Malgré les alertes de citoyens ou d’associations (collectif Uramap ou CADE par exemple) aucun nettoyage n’est entrepris par les collectivités ou services sanitaires à de nombreux endroits du territoire.

Sensibiliser le public, les entreprises et les collectivités
Sensibiliser une fois encore à la problématique des déchets qui impactent le milieu naturel et la qualité de l’eau par infiltration des sols ou par reprise des polluants par les cours d’eau avec comme réceptacle final le littoral et l’océan.

Rappelons que :
– 80% des déchets échoués sur les plages proviennent de l’amont (10% sont abandonnés directement sur le littoral et 10% en mer).
– 70% des déchets en mer finissent par couler et ne pourront jamais être récupérés.
– Le nettoyage des plages et du milieu naturel en général représente un budget important pour des collectivités qui héritent de polluants venus d’ailleurs.
– Le nettoyage mécanisé des plages détruit le milieu de vie de l’estran et favorise l’érosion.

Dire notre inquiétude du risque de multiplication des dépôts sauvages à l’occasion de la modification du mode de collecte des ordures
La Communauté Pays Basque expérimente depuis mars, sur le secteur Garazi Baigorri, un nouveau mode de collecte qui a pour objectif louable d’inciter à mieux trier et à limiter notre production de déchets en appliquant une taxe « ordures ménagères » variable en fonction des apports aux points de collecte.

En quelques mots, chacun est muni d’un badge qui permet l’ouverture de containers verrouillés, ce qui permet de comptabiliser les apports. Chaque ouverture est comptabilisée. Pour plus d’infos, se reporter à cette notice.

Ne risque on pas d’augmenter la tentation de se débarrasser d’ordures dans la nature pour apporter le moins possible aux containers ? Quels sont les mesures de sensibilisation et de police qui accompagnent la mise en place de ce dispositif ?

Un courrier a été envoyé il y a quelques semaines à la directrice des services techniques du pôle territorial Garazi Baigorri pour faire part de nos inquiétudes à ce sujet. Sans réponse à ce jour.

 

Initiatives Océanes 2014

lundi 24 mars 2014 à 08:01 | Publié dans actions antenne 64, Initiatives Océanes | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , ,

surfrider_ustarritz-2 surfrider_ustarritz-1

Un an après la première opération « nettoyage de berges de la Nive » à Ustarritz, lors des initiatives océanes de 2013 (voir les photos), nous avons pu refaire le point ce dimanche sur l’état de cette même portion (voir l’ensemble de photos)  un peu en amont de la zone de captage de « l’O d’ici » que l’on boit au robinet.

– De nombreux filets et bâches sont encore accrochés, inextricables, aux arbres des berges. L’an passé, nous avions alerté M. le Maire, à ce sujet. Cependant, un champs aux abords duquel des monticules de bâches étaient stockés, proche du lit de la rivière, avait, cette année fait place nette.

– Nous avons ramassé , cette année encore, de très nombreux contenants plastiques déposés lors des grosses crues : bouteilles d’eau, de vin, flacon de produits ménagers, médicaux, bidons d’huile, bidon de produits chimique pour le bâtiment…

– Une zone de déversement de détritus déjà repérée l’an passé s’est avérée encore « alimentée » : porte manteau, bouteille…

surfrider_ustarritz-3– Aussi, une substance bleue récoltée l’an passé a était encore retrouvée cette année ! Il s’agit donc très certainement d’une pollution récurrente et importante. La multitude de petits morceaux observée, leur texture (gluante, collante) et leur odeur (forte odeur d’hydrocarbure) peuvent laisser présager un fort impact sur la faune et la qualité de l’eau. Il nous semble donc très important d’en trouver l’origine afin de pouvoir lutter contre. Si vous avez une idée de sa nature ou de son origine, contactez nous ! Si vous en observez vous aussi, notez bien le lieu et contactez nous. Une première supposition de notre chef kayakiste : de la graisse pour engins agricoles. Qu’en pensez vous ?

Merci aux courageux qui nous ont rejoint malgré une météo peu clémente. La rencontre et les propositions d’aide de kayakistes, de membres de l’association UDE et de particuliers et riverains engagés, nous donnent de bons espoirs pour de prochaines actions.

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :