Mobilisons-nous pour Bordes

dimanche 24 avril 2016 à 09:39 | Publié dans actions antenne 64, décharges | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , ,

12795248_1981630032063038_5643813567566080196_o

A Bordes, près de Pau, une ancienne décharge se vide au fil des crues dans le gave (lire l’article déjà consacré au sujet). C’est le constat alarmant de l’association Pose Ta Graine, qui, en partenariat avec la mairie de Bordes, organise le samedi 30 avril prochain une journée de nettoyage et sensibilisation.

Ce cas n’est pas isolé. Plusieurs décharges, comme celle de Beaucens que nous avons longtemps suivi (lire les articles consacrés au sujet) sont aujourd’hui dans ce cas, et posent une véritable problématique de gouvernance quant à la gestion de nos déchets. Comment suivre sur le long terme les sites d’enfouissement ? Quel budget et moyens faut-il attribuer même après l’arrêt de l’exploitation ? Comment réagir vite et avec quel argent lorsqu’un ancien site est remis à jour ? Les exemples ne manquent pas dans le département de décharges anciennes qui refont surface et se déversent dans les cours d’eau. Et bien que majoritairement légales au moment de leur exploitation, ces décharges municipales et de communautés d’agglomérations ne peuvent être aujourd’hui traitées faute de moyens financiers des petites communes qui les hébergent.

A titre d’exemple, un projet de réhabilitation d’une décharge comme celle de Bordes ou de Beaucens est estimé entre 5 et 10 millions d’euros suivant la superficie à traiter, et les types de déchets enterrés.

A Beaucens, après plusieurs crues du gave qui ont emporté près de 40 000 tonnes dans le cours d’eau, les différentes échelles territoriales s’étaient mobilisées financièrement pour intervenir et (mal) traiter la décharge. A Bordes, la politique actuelle semble plus être celle du traitement par submersion du gave : tout ce qui part aujourd’hui, ne coûtera rien en traitement du site par la suite (voir le photos)…

Afin de mettre en lumière l’urgence de la situation, et en amont de la projection d’un reportage de Thalassa sur le sujet, que nous avions accompagnés en décembre dernier, mobilisons-nous massivement le samedi 30 avril prochain à Bordes !

Au programme :

9h : rendez-vous à la salle pour tous, place Jean Fougues à Bordes pour le petit déjeuner et le brief de la journée,
de 9h30 à midi : opération de collecte de déchets au bord du gave,
de midi à 13h30 : repas collectif et ateliers de cuisine sauvage,
de 13h30 à 16h : ateliers pratiques de sensibilisation autour des déchets

Plus d’infos et inscriptions par SMS au 06 27 83 17 85

 

Le mieux est d’y aller ensemble, n’hésitez-pas à utiliser le tableau de co-voiturage
Un départ collectif aura lieu depuis les locaux de Surfider à Biarritz. Vous avez une voiture ? Vous cherchez une place dans un véhicule, faites-vous connaitre !

Décharge de Bordes : une plaie béante prête à se déverser dans le Gave

mardi 13 octobre 2015 à 06:26 | Publié dans pollution | 3 commentaires
Étiquettes : , , , , , ,

decharge-bordes-1

Alors que des citoyens vont se mobiliser une fois encore le samedi 17 octobre (lire l’article à ce propos) pour nettoyer les berges du gave de Pau en aval de la décharge de Beaucens, une autre un peu plus loin attend son tour pour se laisser emporter par les prochaines crues. A Bordes, le cours d’eau attaque déjà la décharge (voir l’album photo) : « les récentes crues ont emporté les rochers qui protégeaient les berges. Mais dans le quartier du Saligua, près de l’usine Turboméca, le courant grignote le talus où l’on aperçoit les couches de déchets qui se déversent dans l’eau », peut-on lire dans le quotidien La République des Pyrénées en avril 2014.

decharge-bordes-2

Cette décharge, ouverte en 1950 et fermée en 1998, référencée dans la base de données officielle du ministère (BASOL) comme un site d’enfouissement d’ordures ménagères, contient aussi des déchets industriels comme le montre ce bout de ferraille signé Turboméca trouvé sur place.

Si le problème est connu depuis plus de 10 ans, l’inertie est de mise : l’ensemble des pouvoirs publics locaux et les représentants de l’état connaissent le problème, des crédits ont même été votés… Mais rien ne bouge. Si ce n’est les citoyens qui s’organisent (collectif Le Plastique ça me gave). Une pétition a été rédigée mais le temps passe et la saison des crues revient. Croiser les doigts jusqu’en mars 2016 suffira-t-il ? Attend-on un nouveau drame comme à Beaucens où 40 000 tonnes de déchets se sont déversés dans le Gave de Pau pour agir… trop tard ?

Malheureusement, « Bordes n’est pas un cas isolé. D’anciennes décharges ont été mises à jour par le gave à Coarraze, à Pau, et deux à Jurançon », comme l’écrit La République des Pyrénées.

Faut-il rappeler que le gave de Pau se jette dans l’Adour pour terminer dans l’océan à Anglet … ?!

De Beaucens à l’océan, récit de 5 journées exceptionnelles

mardi 24 mars 2015 à 18:46 | Publié dans actions antenne 64, décharge de Beaucens | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

mascotte_SurfriderAprès le nettoyage des berges du Gave en octobre dernier, qui avait mobilisé près de 130 personnes dans le secteur de Montaut Lestelle-Betharram (lire le compte rendu), nous nous étions jurés de revenir.

Le 20e anniversaire des Initiatives Océanes était une occasion idéale pour organiser un événement d’envergure. Intitulé “Les Déchets ça Gave!”, l’idée était de faire le point sur le chantier de curage de la décharge de Beaucens, de témoigner de la pollution encore présente en aval et, dans la mesure du possible, de nettoyer les berges. Une fois rappelée l’origine des déchets échoués sur les plages du littoral, nous voulions également sensibiliser le grand public et les élus locaux à l’objectif  « zéro déchet ».

Du 18 au 22 mars, pendant cinq jours, des bénévoles se sont relayés pour organiser une descente du Gave de Pau et de l’Adour, depuis Beaucens jusqu’à Anglet, ponctuant chacune des étapes de rencontres et d’événements :

décharge Beaucens-visite

 Visite du chantier de démantèlement de la décharge de Beaucens

Si les premières crues, ayant emporté des milliers de tonnes de déchets, datent de 2012, les communes locales n’ont réussi à mobiliser les pouvoirs publics que récemment. C’est un chantier de près de 4 millions d’euros qui a débuté en septembre 2014, nécessitant un déploiement de matériel très important et un processus innovant, conçu pour séparer les déchets des matériaux naturels. Près de six mois après le début des travaux, les deux tiers de la décharge ont été passés au crible… Mais, malheureusement, pour un résultat extrêmement décevant : seuls 5% des volumes traités sont évacués des berges du Gave de Pau. Les déchets plastiques abîmés par le temps, fragmentés en morceaux de moins de 3 cm par le procédé même, sont réutilisés sur place. Ils sont mélangés à la terre, aux alluvions du Gave, enfouis sous les graviers et les galets de grosse taille et, évidemment, à la merci des prochaines crues. Selon les techniciens et les élus locaux, avec le recul et l’expérience de ces 6 mois de travaux, “on aurait pu faire mieux”, mais pour un budget deux à trois fois supérieur et avec une contrainte de temps moins importante…

 décharge Beaucens-machines
A gauche, les engins de criblage. A droite, le remblai, à première vue débarrassé des déchets
decharge_Beaucens-2
Mais si l’on regarde de plus près, le sol est encore jonché de déchets…
decharge_Beaucens-1
… Et d’une multitude de petits morceaux de plastique !

Etat des lieux des berges en aval

Sur les 8 premiers kilomètres en dessous de la décharge, quatre professionnels de sports en montagne, salariés par le SYMIHL (Syndicat Mixte du Haut Lavedan), ont nettoyé les rives pendant 18 mois. Le secteur est aujourd’hui propre alors qu’il s’agissait à l’origine de la zone la plus touchée. En observant les branches des arbres qui retiennent les déchets, Bruno, l’un des « nettoyeurs » et instructeur de raft aux Gaves Sauvages, a même eu l’idée de concevoir un filet « piège à plastiques ».  Un prototype autofinancé a été testé avec succès et attend désormais un financement départemental qui permettra d’en installer plusieurs dans le Gave. Avis aux communes qui voudraient s’équiper : une dizaine « d’attrape-plastique » coûtent près de 22 000 euros, installation comprise.

filet-attrape_plastique-1 filet-attrape_plastique-2
Le système imaginé pour piéger les déchets flottants

Les deux jours de descente en raft sur le Gave ont permis de constater l’ampleur des dégâts sur les berges en aval de cette zone et ce, sur des dizaines de kilomètres. A cela viennent se rajouter d’anciennes décharges, sauvages ou non, risquant un jour d’être emportées. Certaines zones sont tellement dégradées par les déchets, que certains professionnels de sports d’eaux vives n’y emmènent plus leurs clients. Il est donc nécessaire d’agir au plus vite pour éliminer ces pollutions !

 pollution_gave-1 pollution_gave-2
Les berges du Gave de Pau, envahies de déchets échappés de la décharge de Beaucens

Sensibilisation et mobilisation du grand public

Face à la difficulté d’agir a posteriori, les seules solutions sont la prévention et la sensibilisation de tous à la réduction de la quantité de déchets (« le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas »). Il faut éviter la consommation de produits ne possédant pas de filière de valorisation, changer nos pratiques pour limiter le gaspillage et trier le plus possible les déchets à la base. Des solutions existent… C’est le message que nous avons tenté de faire passer aux élus rencontrés, les incitant à s’engager dans un cercle vertueux  pour atteindre dès que possible l’objectif zéro déchet sur leur territoire, comme on le pratique depuis 3 ans dans 8 communes pilotes du Pays Basques Sud avec l’aide de Bizi! .

Un message aussi délivré à près de 150 enfants à Orthez qui ont participé à des ateliers de sensibilisation au développement durable mis en place avec l’association partenaire Du flocon à la vague (tri, recyclage, sensibilisation aux pollutions aquatiques et aux ressources en eau). Des ateliers de lutherie à base de déchets furent aussi proposés par Terra Pitchoun.

La projection du film-documentaire Supertrash de Martin Esposito lors de deux soirées dans des cinémas à Orthez et Biarritz fut l’occasion d’intéressants débats avec des citoyens n’ayant pas forcément conscience du devenir de leurs sacs poubelles d’ordures ménagères et des conséquences possibles sur l’environnement.

tri_dechets_riverine_input

Autre initiative, à Biarritz, une vingtaine de personnes ont participé à l’une des séances de tri et de quantification des déchets récoltés dans le cadre du programme scientifique Riverine Input de Surfrider Foundation Europe.

nettoyage_adour_Anglet

Signalons aussi les nombreux nettoyages organisés avec les populations locales sur tout le bassin versant de l’Adour. Ce furent des moments importants d’échanges, de prise de conscience, d’engagement et de solidarité. A Montaut, Lestelle Betharram et Saint-Pé-de-Bigorre, 75 personnes ont collecté 225 sacs, de la ferraille et une benne pleine de gros déchets. A Baudreix 20 personnes ont collecté 30 sacs d’ordures. A Mazères-Lezons, 11 volontaires se sont mobilisés. Plus de 30 sacs ont été remplis sous le crachin mais dans la bonne humeur et la détermination. D’autres nettoyages se sont organisés à Came, à Ustaritz et bien sûr à Anglet, pour boucler la descente, où se sont réunis une trentaine de personnes motivées et désireuses de participer à la dernière action de cette initiative.

nettoyage_gave-1
raft-dechets

Un radeau totem symbolique

Construit à partir de matériaux de récupération, nous avons promené, depuis le pied des montagnes des Pyrénées, sur près de 200 km et pendant cinq jours, un totem en forme de pyramide, couvert des déchets ramassés à chaque étape du périple. Monté sur un radeau, il a traversé Bayonne le samedi matin à l’heure du marché, pour finir sa descente à Anglet à quelques mètres de l’embouchure et de l’océan.

CAMERA CAMERA

Puisque 80% des déchets échoués sur les plages viennent des terres en amont par les cours d’eau, ce totem symbolique rappelle la nécessité urgente de changer nos habitudes de vie pour construire ensemble un monde ZERO déchet !

Remerciements

Si l’antenne de bénévoles Surfrider Côte Basque a imaginé et coordonné ce projet, sa mise en œuvre et sa réussite sont le fait de plus d’une centaine de personnes: citoyens bénévoles, structures associatives, clubs sportifs et collectivités. Nous tenons donc à remercier :

Les professionnels de sports nautiques qui ont permis de se déplacer sur les cours d’eau en toute sécurité : ohlala eaux vives, Evasi’eau, 2X aventures, Uhaina po, Pirogue & Surf, Gaves sauvages, l’Aviron Bayonnais, Hautes-Pyrénées Sport Nature base nautique de Saint-Pé-de-Bigorre, Traqueurs de vagues, USCN kayak, les O Kiri.

Les élus des communes de Montaut, Lestelle Betharram, Saint-Pé-de-Bigorre, Orthez et Baudreix.

Les associations Du flocon à la vague, Terrapitchoun, UDE Ustaritz, présentes sur le terrain ; Bizi pour la mise à disposition de documents édités dans le cadre de la démarche “Zéro déchet” ;  Le CADE et Hazketa2010, pour leurs actions et leurs articles détaillés permettant de dénoncer les problématiques en local.

Le technicien de Loca 64 affecté au chantier de la décharge de Beaucens pour ses explications.

Les cinémas Le pixel à Orthez et Le Royal à Biarritz, qui ont diffusé le film-documentaire Supertrash, de Martin Esposito.

Les Sauveteurs en Mer de la SNSM de Bayonne, qui ont assuré la sécurité de la navigation sur l’Adour.

Le dessinateur de mabede.com qui a créé  le sympathique desman des Pyrénées, mascotte du projet.

Tous les citoyens qui ont participé au nettoyage des berges, de la Nive, du Gave de Pau et de l’Adour sur les communes de Montaut, Lestelle-Bétharram, Baudreix, Rieulhes, Saint-Pé-de-Bigorre, Mazères, Gelos, Uzos, Baudreix, Came, Ustaritz et Anglet.

Au total, tous ces acteurs ont fait de ce petit slogan «les déchets ça Gave !», un grand cri. Qu’ils en soient remerciés !

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :