Forages et Changement Climatique

lundi 4 avril 2016 à 18:41 | Publié dans actions antenne 64, écologie, faune, information générale, innovation, pollution, protection environnement, qualité eau, réchauffement climatique, technologie | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , ,

Surfrider Foundation Europe agit depuis plus de 25 ans pour la protection des océans, du littoral et de ses usagers. Durant la COP21, nous étions aux côtés des associations présentes aujourd’hui pour réclamer un accord ambitieux et contraignant. Surfrider participait aussi aux négociations pour que l’océan entre enfin dans le débat et que soit étudié et considéré son rôle majeur dans la problématique du climat.

L’océan nous préserve du réchauffement climatique:

  • 93 % de l’excès de chaleur généré par les activités humaines est absorbé par l’océan
  • Un tiers du dioxyde de carbone (CO2) généré par les activités humaines a été absorbé par l’océan depuis le début de la révolution industrielle. Un certain nombre d’animaux et plantes marines (coraux, huîtres et autres crustacés…) utilisent une partie du carbone présent naturellement dans les océans pour former leurs coquilles ou leurs squelettes. En piégeant ainsi le carbone, ils limitent la formation d’acide carbonique (et contribuent doucement à freiner le processus d’acidification.)

Mais l’océan subit aussi le réchauffement climatique :

  • En absorbant la chaleur, il se réchauffe lui même, ce qui participe entre autre à sa dilatation.
  • En absorbant plus de CO2, il devient plus acide . Certains modèles de prédiction résultant des études du Giec prévoient une augmentation de 150 % de l’acidité d’ici à 2100. Le rythme actuel de l’acidification de l’océan est dix fois plus rapide qu’à aucune autre période des 55 millions d’années qui nous ont précédés.

Les conséquences sont nombreuses et liées les unes aux autres

  • Même si les émissions de gaz à effet de serre s’interrompaient aujourd’hui, les effets liés à l’augmentation de température de l’océan se poursuivraient pendant des décennies.
  • Le réchauffement des eaux implique une montée du niveau des océans, et une augmentation des événements météorologiques violents,  mettant à mal les écosystèmes littoraux .
  • L’acidification détruit de nombreux organismes. Le zooplancton est un exemple flagrant : une faible augmentation de l’acidité rend la construction de la coquille de l’animal plus énergivore. Ces changements de pH dans nos océans se sont fait tellement rapidement que les organismes n’ont pas le temps de s’adapter, et leurs coquilles et squelettes se dissolvent petit à petit.
  • Le zooplancton est pourtant la base de la chaîne alimentaire dans les océans : des centaines d’espèces de poissons, coraux ou encore requins dépendent de lui  pour vivre.

Notre vie est liée directement à la vie de l’océan :

Les océans produisent 2/3 de l’oxygène de l’atmosphère (grâce au phytoplancton). Il nous nourrit : le poisson est la première source de protéine animale pour un milliard d’habitants sur la planète. Sans tenir compte ni de la surpêche, ni de la pollution, le seul changement climatique impacte lourdement les ressources alimentaires des populations humaines les plus fragiles,3.5 milliards de personnes vivent des ressources tirées de l’océan et dépendent de la pêche ou du tourisme par exemple.

Aujourd’hui nous savons qu’il faut renoncer à exploiter une grande partie de nos ressources en combustible fossile pour espérer limiter le réchauffement atmosphérique à 2°C à la fin du siècle : de récentes études scientifiques affirment qu’un tiers de nos réserves de pétrole, la moitié de nos réserves de gaz et plus de 80 % de nos réserves de charbon devront rester sous terre pour atteindre cet objectif. Condition nécessaire pour maintenir la capacité de régulation de l’océan et pour limiter les bouleversements qui sont en cours dans l’eau mais aussi sur terre.

Seulement 4 mois après la COP21 et l’ accord international sur le climat, applicable à tous les pays, et validé par tous les participants (195 états et l’union européenne), les grandes compagnies pétrolières privées agissent comme si l’accord ne les concernait pas, comme si leur planète n’était pas la nôtre.

Durant le  sommet MCE Deepwater Development, elles vont se réunir pour décider des techniques à appliquer pour les prochains forages offshore dans les océans afin de prélever encore des milliers de tonnes de combustible et cela avec un seul soucis : la réduction des coûts et l’augmentation de l’exploitation !

stopoffshoreOutre les pressions supplémentaires sur les écosystèmes qu’elles engendrent avec les pollutions liées aux produits chimiques utilisés, les risques de fuites et de marée noires, elles envisagent de discuter de la manière dont elles vont se servir dans les océans, à crédit, condamnant les populations les plus fragiles et les générations futures.

Notre responsabilité est aujourd’hui clairement engagée. “Ne rien faire, c’est laisser faire…”.

Il est évident que nous devons nous unir et agir pour bloquer cette conférence climaticide, et montrer notre volonté de nous engager dans une vraie révolution énergétique, pour les océans, pour les hommes qui en jouissent et pour nos enfants.

Rejoignez-nous, mercredi 06 Avril, à Pau !

Initiatives océanes 2016

mardi 8 mars 2016 à 07:54 | Publié dans Initiatives Océanes | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , ,

initiatives_oceanes_2016_Surfrider_550

Du 17 au 20 mars, c’est la 21e édition des Initiatives Océanes. L’occasion une fois encore de se retrouver sur les plages, lacs et rivières pour collecter les déchets abandonnés et sensibiliser le plus grand nombre de personnes à la protection de l’environnement et à la nécessité d’un changement sociétal et comportemental. L’année dernière (lire le bilan illustré), dans 34 pays, ce sont près de 50 000 personnes qui ont ramassé plus de 2 000 m3 de déchets !

Vous souhaitez participer, rien de plus simple ! Rejoignez l’une (ou les deux) des initiatives mises en place par l’antenne Côte Basque :

 

Jeudi 17 mars 2016 – Ciné-débat
au cinéma Hendaia d’Hendaye (accès) autour du magnifique film documentaire The Old, the Young and the Sea (VO, sous titres français)
Accueil avec pintxos et apéro à 20h30. Film à 21h
Plus d’infos sur l’événement Facebook dédié

 

10407868_10152848208306129_1573308452355575949_n-1

Samedi 19 mars 2016 – Nettoyage aux 100 marches à Bidart
Le sentier d’accès à la plage sauvage des 100 marches à Bidart est souillé en partie par de nombreux déchets provenants de l’océan et poussés par le vent dans ce vallon encaissé. Suite à l’érosion quotidienne du site et aux nombreux ruissellements, les déchets se retrouvent ensevelis dans le sol.

Nous avons effectué une première journée de nettoyage au mois de mai 2015 (voir le compte rendu et les photos). Il s’agit aujourd’hui de poursuivre le chantier afin de rendre à ce lieu magique toute sa splendeur. Rendez-vous à 9h30, rue Tutilenia à Bidart (accès). Venez équipés de bonnes chaussures et d’un pique nique pour deux séances de travail de 10h à 12h30 et de 14h à 16h. Cette opération est co-organisée par la Mairie de Bidart, le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques. Avec la participation de l’association Chantier d’Insertion ADELI. Plus d’infos sur l’événement Facebook dédié

Vous pouvez également participer aux autres collectes organisées à Anglet, Biarritz, Ciboure, Guéthary, et Ustaritz ou mettre en place vous même un événement à l’aide de la plateforme web initiativesoceanes.org. Les organisateurs reçoivent gratuitement un kit pour les accompagner à la mise en place de leur événement.

Lâcher de ballons = pollution !

lundi 9 novembre 2015 à 08:25 | Publié dans pollution | Un commentaire
Étiquettes : , , ,

lacher_ballons_gonflables_Surfrider

Samedi 7 novembre, nous apprenions le lâcher de plusieurs centaines de ballons de baudruche le lendemain à midi en l’honneur du derby de rugby entre l’Aviron Bayonnais et le Biarritz Olympique. Conscients de l’impact environnemental que pouvait avoir ce lâcher, nous avons essayé d’attirer l’attention de l’Aviron Bayonnais et de la mairie de Bayonne en communiquant massivement sur les réseaux sociaux à l’aide d’une courte bande dessinée humoristique.

Malgré une diffusion importante sur Twitter, Facebook, sur le site officiel de la ville de Bayonne et sur les réseaux sociaux de médias locaux, le lâcher de ces migrateurs nocifs bleus et blancs a bien eu lieu.

A l’heure où les sacs plastiques vont être interdits, où on incite les gens à trier leurs poubelles en faisant appel à leur citoyenneté, où on a pris conscience du drame environnemental qu’étaient les continents plastiques, on aurait pu imaginer des ballons qui flottent au dessus du sol, retenus par une ficelle, au lieu de les lâcher dans la nature, au gré du vent. Une explication de quelques secondes pour les gens présents n’aurait pas gâché la fête… Au contraire même, cela aurait été un acte de sensibilisation.

Certains diront, «ce n’est pas bien grave, il y a pire !» En effet, mais comment s’émerveiller devant des ballons qui, on le sait, finiront leur course dans la nature et pourront potentiellement mettre fin à la vie d’animaux. La plupart de ces ballons, gonflés à l’hélium, sont montés dans les airs à quelques kilomètres de haut, puis ont explosé en fragments retombant alors sur terre ou en mer. Quelques-uns se seront dégonflés et gisent maintenant dans un périmètre proche, dans les champs, accrochés à un arbre, ou flottant dans l’eau.

Pour mémoire, selon un rapport de l’IFREMER datant de 2010, chaque année, un million d’oiseaux et 100 000 tortues de mer meurent après ingestion ou enchevêtrement dans les déchets plastiques et 267 espèces sont touchées par ce fléau.

Guillemot-ballon-gonflable
Guillemot retrouvé mort, entravé par un ballon. Photo: Richard Gilbert
Latex-Balloon-fragment-in-stomach-of-green-turtle
Fragments d’un ballon de latex dans l’estomac d’une torture verte trouvée du côté de Blackpool en Angleterre. Photo: Rod Penrose, Marine Environmental Monitoring, UK CSIP

Pour en savoir plus sur les méfaits des ballons gonflables dans l’environnement, vous pouvez consulter le site (en anglais) balloonsblow.org

Décharge de Bordes : une plaie béante prête à se déverser dans le Gave

mardi 13 octobre 2015 à 06:26 | Publié dans pollution | 3 commentaires
Étiquettes : , , , , , ,

decharge-bordes-1

Alors que des citoyens vont se mobiliser une fois encore le samedi 17 octobre (lire l’article à ce propos) pour nettoyer les berges du gave de Pau en aval de la décharge de Beaucens, une autre un peu plus loin attend son tour pour se laisser emporter par les prochaines crues. A Bordes, le cours d’eau attaque déjà la décharge (voir l’album photo) : « les récentes crues ont emporté les rochers qui protégeaient les berges. Mais dans le quartier du Saligua, près de l’usine Turboméca, le courant grignote le talus où l’on aperçoit les couches de déchets qui se déversent dans l’eau », peut-on lire dans le quotidien La République des Pyrénées en avril 2014.

decharge-bordes-2

Cette décharge, ouverte en 1950 et fermée en 1998, référencée dans la base de données officielle du ministère (BASOL) comme un site d’enfouissement d’ordures ménagères, contient aussi des déchets industriels comme le montre ce bout de ferraille signé Turboméca trouvé sur place.

Si le problème est connu depuis plus de 10 ans, l’inertie est de mise : l’ensemble des pouvoirs publics locaux et les représentants de l’état connaissent le problème, des crédits ont même été votés… Mais rien ne bouge. Si ce n’est les citoyens qui s’organisent (collectif Le Plastique ça me gave). Une pétition a été rédigée mais le temps passe et la saison des crues revient. Croiser les doigts jusqu’en mars 2016 suffira-t-il ? Attend-on un nouveau drame comme à Beaucens où 40 000 tonnes de déchets se sont déversés dans le Gave de Pau pour agir… trop tard ?

Malheureusement, « Bordes n’est pas un cas isolé. D’anciennes décharges ont été mises à jour par le gave à Coarraze, à Pau, et deux à Jurançon », comme l’écrit La République des Pyrénées.

Faut-il rappeler que le gave de Pau se jette dans l’Adour pour terminer dans l’océan à Anglet … ?!

Nettoyage des berges du Gave de Pau

vendredi 9 octobre 2015 à 06:58 | Publié dans décharge de Beaucens | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , ,

nettoyage_gave_pau-2

Que ce soient les restes de l’ancienne décharge de Beaucens ou l’irresponsabilité de certains au quotidien qui continuent d’utiliser le milieu naturel comme une poubelle, toujours est-il que les berges du Gave de Pau sont encore pleines de plastique.

nettoyage_gave_pauSamedi 17 octobre prochain, à partir de 8h30, participez au nettoyage organisé sur les communes de Montaut, Lestelle-Bétharam et St-Pée-de-Bigorre. Rendez-vous au parking du pont des Grottes. Pour faciliter l’organisation, vous pouvez vous inscrire dans les mairies des trois communes, ou par SMS au 06 15 08 75 98.

Cette action s’inscrit dans la continuité de celles organisées depuis plus d’un an par un collectif de citoyens et de sportifs pratiquant le cours d’eau, mais aussi des élus locaux.

Rappelons les nettoyages précédemment effectués il y a un an et au printemps dernier avec le soutien de l’antenne Côte Basque de Surfrider, la mobilisation des communes sus-citées, le syndicat mixte du Haut Lavedan. Sans oublier les initiatives personnelles originales comme celle mise en place par Bruno, moniteur de rafting qui a mis au point un système fixe de filet suspendu qui attrape les déchets au milieu du cours d’eau (voir la vidéo ci-dessus).

Et pour éviter au maximum la production de déchets, préférez le vrac aux produits sur-emballés, favorisez les contenants réutilisables et évitez tous les emballages à usage unique. Enfin, n’oubliez pas de réutiliser et recycler tout ce qui peut l’être !

Descente de l’Adour en SUP, jour 1

mardi 30 juin 2015 à 08:13 | Publié dans qualité eau | Un commentaire
Étiquettes : , , , , , ,

sup_adour-2

Depuis mercredi dernier le 24 juin, trois passionnés de stand up Paddle descendent l’Adour depuis sa source jusqu’à son embouchure à Anglet. Au-delà de l’engagement sportif que cela représente, ces trois SUPistes ont souhaité faire un état des lieux des berges de ce cours d’eau qui se jette dans l’océan.

Pour cette première journée, partis de Bours, à côté de Tarbes ils sont arrivés à Riscles ce vendredi 27 juin. L’amont de la rivière leur a semblé peu pollué, que cela soit par les plastiques ou les élevages intensifs d’animaux. Il est difficile de se prononcer sans qu’une analyse de l’eau ne soit effectuée mais en tout cas, ils n’ont pas encore remarqué de décharge sauvage, ni de rejet visible d’eau sale ou de concentration de plastique, à part celle que l’on voit sur l’une des photos qu’ils nous ont envoyé.
Avec 6 à 7 heures de rame par jour ils continuent leur périple, nous tenant informés de leur aventure et nous continuerons à faire de même sur notre blog.

sup_adour-1

sup_adour-3

Du plastique et du soleil !

dimanche 31 mai 2015 à 14:53 | Publié dans actions antenne 64 | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , ,

Bidart-100_marches_surfrider-1

Plus de quarante personnes, citoyens, adhérents et bénévoles de Surfrider, élus de Bidart et salariés du département des Pyrénées Atlantiques ont participé toute la journée de samedi à ce gros chantier de nettoyage co-organisé par l’antenne Côte Basque, la mairie de Bidart et le Conseil Général. Et on a eu de la chance, il a fait grand beau ! (Photos : christellechambre.com et Patrick Manière)

Bidart-100_marches_surfrider-2

Sur le chemin d’accès à la plage, il fallait d’une part ramasser des déchets piégés depuis plusieurs années par la végétation : majoritairement du plastique, souvent très dégradé, et du verre. Et d’autre part décaisser la terre sur une trentaine de centimètres d’épaisseur pour atteindre les déchets en profondeur. Puis venaient les phases de tamisage sur trois grilles d’épaisseurs différentes pour séparer finement les matériaux naturels des polluants avant de remettre la terre à sa place d’origine.

Bidart-100_marches_surfrider-3

Plus bas, d’autres ont nettoyé la plage pendant qu’un troisième groupe s’attaquait à la cabane des pêcheurs… qui recelait tout un tas de déchets et objets hétéroclites enfouis dans le sol et le sable: bouteilles de vin, ancre marine, matériel de pêche, barres de métal et emballages alimentaires.

Bidart-100_marches_surfrider-4

Quarante bénévoles, six heures de travail… Et pourtant il en reste encore ! Il faudra décaisser encore quelques mètres cubes de terre pour extraire ce qu’il reste de plastique enfoui. Promis, on reviendra !

Un immense merci à toutes les personnes qui ont participé à ce chantier. Si vous souhaitez être tenus au courant de nos prochaines actions et y participer, envoyez-nous un email et abonnez-vous à notre page Facebook.

Voir les galeries photos sur notre album Facebook et sur la page événement.

Découvrez le programme scientifique Riverine Input

mercredi 6 mai 2015 à 07:22 | Publié dans Initiatives Océanes | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , ,

riverine_input

Riverine Input est un programme scientifique initié par Surfrider Foundation Europe pour quantifier les déchets venus des rivières qui se déversent dans l’océan. Depuis plus d’un an l’équipe retourne tous les mois sur des points de prélèvements précis sur tout le trajet de l’Adour, de la source à l’océan, pour remplir des sacs poubelles de déchets échoués. Ensuite commence le travail long et laborieux de quantification. Chaque bout de plastique, de métal ou de verre est observé pour le classer dans l’une des nombreuses catégories définies (contenant alimentaire, emballage, origine agricole, domestique, industrielle…).

Prévu pour durer plusieurs années, le programme Riverine Input est unique en son genre. Jusque là, personne n’avait pris la peine de faire une quantification poussée des déchets venus d’un bassin versant. Les résultats partiels sont sans appel : la majorité des déchets échoués sur les plages sont en plastique et viennent des rivières. On le savait déjà ? Oui, maintenant on pourra aller trouver les pollueurs ou les pouvoirs publics avec des données chiffrées qui constituent de vraies preuves plutôt que des «on dit».

Pour faire connaître le programme Riverine Input, Surfrider Foundation Europe organise trois journées de rencontres du 8 au 10 mai 2015 à Campan, Bours-Bazet et à la Barre à Anglet. Chaque journée sera l’occasion de présenter le projet, d’écouter des spécialistes de l’environnement, de partager un pique-nique et de participer à des animations sportives ou artistiques. Lire le programme complet

« Page précédentePage suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :