Bilan campagne eaux usées – Elections municipales 2014

samedi 15 mars 2014 à 14:23 | Publié dans Elections municipales 2014 | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , ,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme vous le savez nous poursuivons une opération « retour à l’envoyeur » depuis le mois de novembre 2013. Il s’agit d’interroger les candidats aux prochaines élections municipales en leur demandant de se positionner sur le problème de déversement d’eaux usées domestiques non traitées sur les plages de la Côte Basque (pour comprendre le problème, lire ce précédent article).

Nous avons collecté des déchets caractéristiques (bâton de coton-tiges, applicateurs de tampons et serviettes hygiéniques, plaquettes de médicaments, bouchons de dentifrice…) sur les plages de La Barre à Anglet, la digue au Boucau, Hendaye et à l’Uhabia à Bidart. Mis dans des boites à chaussures, ils ont été expédiés aux candidats aux élections municipales avec un courrier (lire le courrier) leur expliquant le problème et leur demandant ce qu’ils comptent faire s’ils sont élus pour travailler à sa résolution. En complément et pour donner plus de portée à l’action, une centaine de candidats a été sollicitée par email au Pays Basque et dans le Béarn.

Quinze jours avant le premier tour des élections, seuls dix candidats ont pris la peine de répondre. C’est peu ! Même si cela n’a pas valeur de sondage, force est de constater que le sujet intéresse peu et qu’il représente un faible enjeu électoral pour les communes situées dans les terres (9 réponses sur 10 sont le fait de candidats de communes littorales).

Certains candidats font des réponses de principe rejetant ailleurs la responsabilité de la pollution et de son traitement («la compétence assainissement et la compétence eaux pluviales ont été transférées à la communauté d’agglomération») ; d’autres prennent le temps d’un argumentaire conséquent et étayé (voir l’ensemble des réponses).

Le dossier est complexe, les actions coûteuses et parfois difficiles à mettre en œuvre. Il existe pourtant des solutions concrètes pour agir et résoudre à terme ce problème. Voilà celles que nous jugeons primordiales et que nous allons communiquer à l’ensemble des candidats sollicités pour conclure cette campagne de sensibilisation.

Continue Reading Bilan campagne eaux usées – Elections municipales 2014…

Pourquoi autant de bâtons de coton-tiges sur les plages ?

mercredi 31 juillet 2013 à 16:42 | Publié dans pollution | 17 commentaires
Étiquettes : , , , , , ,

coton_tiges

Pourquoi trouve-on autant de bâtons en plastique de coton-tiges (et d’applicateurs de tampons hygiéniques) sur les plages ? Parce qu’ils ont été jetés directement dans la nature (la proportion est minoritaire) ou plus sûrement parce que certains les mettent dans la cuvette des wc plutôt que dans la poubelle de la salle de bain.

Mais alors, pourquoi ne sont-ils pas arrêtés par les grilles des stations d’épuration ?

assainissement_separatif_unitaireIl existe deux types de réseaux de raccordement vers les stations d’épuration : l’un dit « unitaire » qui collecte ensemble dans une même canalisation, les eaux usées domestiques (en vert sur le schéma ci-contre) et les eaux pluviales (en bleu sur le schéma). C’est le « tout à l’égout », un système qui a révolutionné l’hygiène urbaine au XIXe siècle et permis d’éviter de nombreuses inondations. Il équipe encore la plupart des grandes villes. L’autre type de réseau est appelé « séparatif ». On collecte dans deux réseaux différents les eaux usées domestiques et les eaux pluviales pour les traiter en station d’épuration.

Dans des conditions normales de pluviométrie, les deux types de réseaux fonctionnent normalement et les stations d’épuration sont censées rejeter dans le milieu naturel des eaux purifiées selon les normes en vigueur. Lors d’épisodes pluvieux exceptionnels, dans le cas de réseaux séparatifs, les eaux de pluie sont dirigées vers des bassins de rétention (pour être traitées ultérieurement) et la station continue de nettoyer les eaux usées domestiques dont le débit est fixe.

Par contre, s’il pleut beaucoup, les réseaux unitaires saturent et une grande partie des eaux sont rejetées dans la nature sans passer par la station qui ne peut pas faire face à l’afflux. Les coton-tiges, applicateurs de tampons, lingettes, tampons hygiéniques et tous les objets jetés dans la cuvette sont donc directement renvoyés dans les cours d’eau. Ils rejoignent les mers et océans avant de venir s’échouer sur les plages… de perforer ou d’obstruer les estomacs des oiseaux marins !

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :