NON au projet Sudmine !

vendredi 15 septembre 2017 à 11:37 | Publié dans actions antenne 64, artificialisation, écologie, faune, information générale, pollution, protection environnement, qualité eau, Uramap | Laisser un commentaire

L’entreprise Sud Mine a déposé une demande de recherche d’or, valable pour 3 ans, sur un territoire de 126 km² qui englobe entre autres 3 AOC Basques ainsi que les communes de St Pée sur Nivelle, Cambo et Ustaritz.

Surfrider Côte Basque s’inquiète des risques réels que ce projet fait peser sur les milieux aquatiques et appelle ses sympathisants à rejoindre la manifestation organisée demain, samedi 16 septembre 2017, à Bayonne (départ de Lauga à 16h).

Edit 19 septembre 2017 : 1800 à 2500 personnes ont manifesté samedi 16 septembre. Le cortège, après avoir traversé les rues de Bayonne s’est fini au quai Xaho où plusieurs personnalités ont pris la parole : le collectif Stop Mines, une délégation de citoyens bretons qui combattent un projet similaire, des élus et notamment le Président de la Communauté d’agglomération Pays Basque. Tous ont renouvelé leur unité contre ce projet qui ne pourrait voir le jour sans risques manifestes pour notre économie, la qualité de nos terres et de nos eaux !

Pour manifester votre opposition, vous pouvez signer la pétition initiée par le CADE ou vous adresser directement au président de la société Sud Mines par SMS au 06 88 16 76 78 ou par courrier postal :
M. Christian Vallier
2 chemin du Château
45530 Seichebrières

Voir les photos de l’antenne Côte Basque de Surfrider à la manifestation

 

21232002_1395322753919908_7393416136256387349_n

Un projet qui s’attaque à notre terre : notre richesse !

Ce projet, c’est le même problème que l’exploitation du pétrole : quand un permis de recherche est accordé et que l’on trouve quelque chose, il est difficile d’empêcher ensuite le démarrage de l’exploitation, même s’il y a un risque (écologique ou autre). C’est donc maintenant qu’il faut agir : avant que le permis de recherche ne soit accordé !

Sans titre

Des risques écologiques, il y en a déjà toute une liste !

En plus de l’importante consommation d’énergie utilisée pour ce type de chantier, de nombreux composés chimiques – dont le cyanure – sont employés afin de séparer l’or de la roche. Pire, le permis autoriserait à creuser dans les massifs primaires ou monts alluvionnaires. Là ce serait de 10 à 20 composés chimiques qui seraient utilisés pour « gratter » quelques grammes d’or par tonne de terre ! Mieux, ces composés chimiques seront rejetés dans l’eau ! Une eau qui n’est que de 10 à 50% recyclée… On peut se faire du souci !

Sans titre2Principe de la lixiviation en tas. © BRGM

Et puis, c’est connu, au Pays Basque il ne pleut que deux fois par an ! Aussi, ces précipitations qui font le vert de notre territoire risqueront d’augmenter les coûts de gestion des rejets sur le bassin ! (cf. croquis ci-dessus). Or, dans cette période de difficultés économiques, nous ne doutons pas que les prestataires chercheront la moindre économie, au détriment des risques d’accidents ! Et c’est précisément sur cette gestion efficace des rejets en bassin, que Surfrider Côte Basque pousse un cri d’alerte !

Une mauvaise gestion, des accidents et les métaux lourds deviennent LA menace sur l’eau de notre territoire !

Le cyanure, comme les autres substances chimiques, représente un péril pour notre territoire : les cours d’eau, l’OCÉAN et tout ce qui y vit.

9 fois sur 10 l’industrie aurifère fait usage du cyanure. Ce liquide est toxique à très faible dose ! Il s’attaque aux cellules animales et végétales en bloquant leur processus de respiration. Chez l’Homme c’est la thyroïde ! En outre, même si l’on respecte les normes européennes (maximum 0,05 mg/L), cette dose suffit à tuer une truite en 5 jours, par exemple, contre quelques heures pour 1 mg/L…

Le projet de mines à Kanbo menace 6 captages de sources. Par conséquent, l’eau potable consommée au Pays Basque est directement menacée ! Toutefois elle n’est pas la seule : sont également en danger : La Nive, les nappes phréatiques, le lac de St-Pée, les eaux thermales de Kanbo et toute terre agricole qui se trouverait en aval de l’extraction de l’or ou simplement arrosée avec l’eau d’une nappe phréatique polluée ! Le risque est immense !

Une étude douteuse, une opposition locale forte

Comme tout projet de ce type, la demande de recherche s’est accompagnée d’une étude. Celle-ci a démontré que les risques écologiques seraient quasi nuls, aussi a-t-elle été validée par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) ! Amusant ? Pas trop, quand on sait que le directeur du Bureau d’étude GéoPlus Environnement (qui a réalisé cette étude « rassurante ») est le même directeur que… l’entreprise Sud Mine… On arrête de rire !

La Communauté d’Agglomération Pays Basque, regroupant la totalité des 158 communes du Pays Basque nord, les parlementaires concernés et les maires des 11 communes touchées dont on a demandé leurs avis, ont TOUS émis un avis DÉFAVORABLE à ce projet !

À ces avis défavorables se sont joints les 3 chambres consulaires officielles d’Iparralde (CCI, CMA et CA), tout comme la chambre d’agriculture alternative EHLG.

Aujourd’hui, les élus, la population et les associations disent NON à cette demande de recherche d’exploration ! Alors pourquoi cette manifestation du 16 Septembre ? C’est qu’après l’avis de la DREAL, c’est au tour du gouvernement de rendre son arbitrage !

Indéniablement nous devons donc être TOUTES et TOUS présents le 16 Septembre à 16 H à Bayonne pour demander HAUT et FORT :

  • Que le permis d’exploration soit rejeté, (tant qu’il est encore temps de le faire)
  • Exprimer clairement notre détermination à empêcher tout début d’exploration dans le cas où le gouvernement passerait outre la volonté de la population d’Iparralde et de ses représentant(e)s.

Pour en savoir plus :

Réaménagement de la plage Marbella, qu’en pense Surfrider ?

dimanche 10 septembre 2017 à 11:13 | Publié dans actions antenne 64, Marbella | 5 commentaires
Étiquettes : , , , , , , ,

Les enjeux partagés : Conforter la falaise et aménager la plage de Marbella.

Suite à la diffusion dans la presse au mois de juin 2017 d’une image du projet d’aménagement de la falaise et de la plage de Marbella, de nombreuses personnes se sont inquiétées des conséquences qu’il pourrait avoir sur la dernière plage naturelle restant accessible à marée haute à Biarritz.

marbella_Biarritz

La représentation graphique, finalement jugée « maladroite » par la mairie, montrait un aménagement lourd empiétant largement sur la plage et favorisant l’organisation du chantier autour d’une rampe d’accès camions, au détriment des équilibres naturels du site. La situation était d’autant plus préoccupante qu’elle intervient sur un site qui a déjà vu disparaître, il y a quelques années, le spot du mousse au sud des 100 marches.

Le projet est Lancé dès 2014 faisant partie intégrante de la plupart des programmes des candidats à la mairie de Biarritz, partageant tous la nécessité d’intervenir sur la falaise. Peu de discutions sont alors engagées et peu de publicité est faite sur les différents scenarii envisagés, malgré l’annonce d’une période de concertation et un affichage en mairie.

Cette partie du littoral laissée volontairement sauvage, sans aménagement particulier, évolue naturellement et illustre parfaitement aujourd’hui les conséquences du retrait naturel de trait de côte dans une zone devenue aujourd’hui fortement urbanisée.

Le mouvement de protestation se structure rapidement dès le mois de juillet 2017 autour de deux revendications : un projet moins invasif pour la plage et un accès aux différentes études et propositions d’aménagement. Suite au refus de la mairie dans un premier temps de communiquer plus sur le projet, les collectifs Sauvons Marbella et SOS Biarritz s’associent à Surfrider Foundation dans une lettre officielle signifiant le manque de communication sur ce projet. La mairie décide finalement de revoir la proposition.

Continue Reading Réaménagement de la plage Marbella, qu’en pense Surfrider ?…

Pollution de l’Untxin

vendredi 16 juin 2017 à 12:14 | Publié dans pollution | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , ,

Surfrider-cote-basque19

Surfrider-cote-basque16

Jeudi 15 juin entre 14h et 18h, une cuve contenant 37 m3 (37 000 litres) d’engrais azoté liquide s’est déversée dans une exploitation agricole sur la commune d’Urrugne. L’agriculteur venait de remplir la cuve quand elle s’est fendue.

Le liquide a rejoint l’Untxin, petit cours d’eau qui débouche dans l’océan à Socoa à 3 km en aval. La faune et la flore sont lourdement impactées. Selon le garde pêche local : « nous sommes près d’une mortalité totale ». De nombreux poissons morts sont visibles dans le cours d’eau : mulets, vairons, aloses, plies, carpes et truites fario sauvage). Voir plus de photos

La Police de l’Eau (ONEMA) s’est rendu sur place. Des investigations et modélisations sont menées pour évaluer le risque d’impact. L’Agence Régionale de Santé (ARS) réalise des prélèvements toutes les heures dans l’océan. Pour éviter tout risque pour les baigneurs, les plages de Saint-Jean-de-Luz et Ciboure ont été fermé la journée de vendredi.

La Fédération de pêche des Pyrénées-Atlantiques va porter plainte : « c’est systématique, chaque fois qu’il y a mortalité il y a une plainte, la Fédération se porte partie civile » explique André Dartau le président.

Il semble que la cuve était vieille et rouillée, dépourvue de bac de rétention permettant de récupérer son contenu en cas de fuite.

Lire les articles de Sud OuestFrance BleuMediabask

pollution_untxin-1

pollution_untxin-2

Uramap, 1 an

mercredi 31 mai 2017 à 17:15 | Publié dans actions antenne 64, Uramap | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le 8 juin, journée mondiale des Océans 2017, marque aussi l’anniversaire de création du collectif Uramap (*) et du site internet www.uramap.net. C’est une carte interactive, utilisable par tout citoyen, qui permet de signaler et d’aider à supprimer les pollutions qui impactent les milieux aquatiques aux Pays Basque. Depuis sa création, la carte participative a permis le signalement de 100 cas, le traitement de 80% d’entre eux et la résolution effective d’une trentaine de pollutions. Il y a de quoi être fiers !

Le jeudi 8 juin à 17h30, nous invitons l’ensemble des acteurs sensibles à ce projet (élus, responsables sanitaires, associations et citoyens) à participer à une conférence de presse publique. Ce sera l’occasion de discuter ensemble autour de cas concrets pour connaître votre perception de l’outil, envisager son évolution et le développement de nouvelles synergies.

La protection de l’environnement et l’engagement associatif vous intéresse ? Comme nous, vous êtes convaincu qu’on peut agir et faire avancer les choses ? VENEZ NOUS RENCONTRER !

Rendez-vous le jeudi 8 juin de 17h30 à 19h chez Bizi, 22 rue des Cordeliers à Bayonne. N’hésitez-pas à vous inscrire sur l’évènement Facebook dédié.

(*) : qui fédère les associations Bizi, Itsas Arima, Pose ta graine, Surfrider Côte Basque et Ur Tipula.

A cette occasion et pendant tout le mois de juin, nous lançons l’opération SELFIE DECHETS inspirée de la démarche menée par Fatoumata Chérif à Conakry en Guinée (voir la photo ci-dessous).

Pour participer, c’est très simple :

1. Prenez-vous en photo avec un masque chirurgical (ou de chantier), un foulard ou un tee shirt devant la bouche, face à des déchets jetés dans la nature ou sur la plage.

2. Publiez la photo sur vos réseaux sociaux (en identifiant @Surfrider Côte Basque sur Facebook ou @SurfriderBasque sur Twitter) ou directement sur la page FB de Surfrider Côte Basque avec la légende : Jeter par terre c’est jeter en mer ! www.uramap.net #WorldOceansDay #stoppollution #SelfieDéchets #uramap

Si vous vous ne savez pas où trouver des endroits pollués ? Faites un tour sur www.uramap.net, il y a plus de 100 signalements référencés !

operation_selfiesselfie-dechet-5

20170527_105340

Avec les plongeurs à Socoa

jeudi 18 mai 2017 à 19:38 | Publié dans actions antenne 64 | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , ,

2017-05-06_CODEP64-39surfrider-socoa-plongee-nettoyage-1.jpg

Comme l’année dernière, nous tenions un stand samedi 6 juin 2017 à Socoa aux côtés du Comité Départemental de Plongée 64 (CODEP 64) qui invitait avec la Fédération Française d’Étude et des Sports Sous-Marins (FFESSM) à un rassemblement de bateaux et de plongeurs de tous les clubs du département à un nettoyage du port de l’ensemble des déchets accumulés sur terre et au fond. A l’aide de de filets, d’épuisettes et de parachutes de relevage, une vingtaine de plongeurs se sont relayés toute la journée selon la méthode du ramassage en « pâquerette » : il s’agit d’aller aller au large, de collecter, derevenir déposer et de repartir en modifiant légèrement sa direction. Une méthode efficace pour ratisser au mieux les fonds marins.

Ils ont ramené des emballages de produits ménagers, des pneus, des restes d’engins pyrotechniques (pollution récurrente et déjà dénoncée) , des chaussures, des lunettes, la liste est longue…

La FFESSM a signé en 2009 une charte avec le comité national olympique et sportif français, le CNOSF, pour « un sport et une société écologiquement, socialement et économiquement responsables et durables ». Localement, il s’agit de faire de la sensibilisation auprès des plongeurs et de la population sur les déchets en mer et sur le projet pour le maintien et le rétablissement de la faune et de la flore marine, se traduisant par la mise en place d’une réserve marine sur la zone des Briquets à Hendaye, inclue dans l’aire marine protégée de la cote basque.
2017-05-06_CODEP64-33surfrider-socoa-plongee-nettoyage-2.jpeg

Natura 2000 sur la Côte Basque

vendredi 5 mai 2017 à 07:29 | Publié dans protection environnement | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , ,

Photo © Christelle Chambre

La quasi totalité de la Côte Basque est classée Natura 2000 depuis 2012. Ce sont le littoral et les falaises d’Hendaye à Anglet qui sont ainsi protégés. L’idée étant de préserver le milieu naturel et les espèces (faune et flore) répertoriées. Donc plus question de construire ou d’aménager à outrance les secteurs visés. Toute intervention sur le milieu naturel est soumises à dossier et approbation.

En place depuis le 1er janvier 2017, c’est la nouvelle agglomération Pays Basque qui est maintenant chargée de suivre ces zones à préserver. Pour chacun des sites, un documents d’objectif (DOCOB) précise les enjeux de la zone et les mesures à mettre en œuvre afin de conserver dans un état favorable les habitats et les espèces.

Un comité de pilotage (composé des villes concernées, de pécheurs professionnels, de scientifiques et d’associations environnementales dont Surfrider fait partie) s’est réuni la semaine dernière pour lister une série d’actions à mener pour l’année à venir.

L’une d’entre elles vise à mener une expérience de traitement sélectif de la plage Erretegia à Bidart. Il s’agit d’en finir avec le nettoyage strictement mécanique de cette zone pour arrêter d’enlever systématiquement toute la laisse de mer qui contient certes des déchets d’origine humaine, mais aussi du bois, des algues et des résidus organiques naturels essentiels au développement de la vie sur la plage.

Si le nettoyage manuel de la zone sera toujours confié à un entreprise privée, les élus proposent aussi de développer l’implication d’actions menées par des citoyens bénévoles.

A ce propos, Marc Bérard, coprésident du comité de pilotage Natura 2000 « mer et littoral » a cité en exemple les chantiers réalisés par Surfrider et les associations engagées au sein du collectif Uramap aux 100 Marches, site contigu de la plage d’Erretegia.

L’élu bidartar a aussi évoqué la possibilité de mettre en place un réseau de sentinelles qui donneraient l’alerte en cas de pollution en utilisant un site internet dédié. Ça ne vous rappelle rien ? Les projets Gardiens de la Côte et Uramap bien sûr…

Nettoyage aux 100 marches

dimanche 2 avril 2017 à 11:03 | Publié dans actions antenne 64, Uramap | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , ,

A l’invitation du collectif URAMAP uramap.net, venez donner un coup de main pour nettoyer le sentier d’accès à la plage des 100 Marches à Bidart souillé par des déchets accumulés dans ce vallon encaissé. Le chantier a débuté il y a deux ans mais n’a pu être fini ni en 2015, ni en 206. Nous y retournons une troisième fois avec la ferme intention de terminer la remise en état et de rendre à ce site sauvage toute sa splendeur.

Rendez-vous dimanche 9 avril à 9h, rue Tutilenia à Bidart (plan : http://tinyurl.com/otrzu4a). Venez équipés de bonnes chaussures et d’un pique nique pour deux séances de travail de 10h à 12h30 et de 13h30 à 16h. N’hésitez-pas à participer même si vous n’êtes disponibles qu’une demi-journée. Nous offrons thé, café, jus de fruits, quelques pâtisseries et la bonne humeur !

N’hésitez-pas à vous inscrire sur la page de l’évènement Facebook.

Cette opération est co-organisée par le collectif Uramap (qui fédère les associations BiziItsas ArimaPose ta graine, Surfrider Côte Basque et Ur Tipula) la Mairie de Bidart et le Département des Pyrénées-Atlantiques.

EDIT : Voir les photos de l’évènement

Nettoyage de la plage de Cenitz

dimanche 19 mars 2017 à 20:56 | Publié dans actions antenne 64, Initiatives Océanes | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , ,

Comme chaque année, dans le cadre de son programme Initiatives Océanes, Surfrider Foundation Europe invite le grand public et ses sympathisants à nettoyer les plages, lacs et rivières. Signe d’une prise de conscience, grâce au soleil ou les deux, nous étions près de 80 ce dimanche pour nettoyer la plage de Cenitz. La moitié du groupe s’est occupé de la partie située sur la commune de Guéthary, l’autre sur celle de Saint Jean de Luz. Une heure et demi de collecte avant l’ouverture d’un sac témoin pour voir ensemble le type de déchets collectés : le plastique représente 90 % des polluants ! Une seule solution pour que cela change : arrêter d’acheter des objets dans ce matériau, certes peu cher, mais tellement peu solide et à la base de tellement d’objets jetables… Il existe des tas d’alternatives (relire, cette série d’articles pour trouver de bonnes idées).

Un grand merci à tous les volontaires qui se sont déplacés. A très vite… Plus de photos de l’évènement à voir sur notre page FB.

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :